Follow us on...
Partage
Vous êtes ici
>
>
>
Festivals Observatory

FESTIVALS OBSERVATORY

For several years now, France Festivals has been asserting its status as an observatory, collecting information on festivals. It has been involved in a number of studies on diverse topics (audiences, territories, music, performing arts grants...) that have been published. Read more here:  Centre National des Variétés (CNV),  Sacem and l’Irma.

Carto’Classique : Classical, lyrical and contemporary festivals, Let’s Play Together!

France Festivals, the Philharmonie de Paris, the SACEM (Society of Musical  Authors, Composers and Publishers), and the CEPEL (CNRS) joined forces in 2015 to carry out a study on classical, lyrical, and contemporary festivals in France. This is the first time that these findings have been published. They showed a true vitality in festivals, whose presence in all the regions of France strongly contributes to the cultural agendas of these territories and empowers musical creation.

This study was presented at the International Performance Biennials (BIS) Wednesday January 20th, at 2:30PM.

Key Facts and Figures:

>>Density: 551 festivals have classical, lyrical, or contemporary music in their programs, on average 42 per region. No where in France is there a lack of festivals, despite 61% of events being concentrated in five regions, and 64% of them taking place in the summer. This concentration is not limited to the classical sector, and can be found in modern music as well.

551 classical, lyrical, and contemporary festivals across all of France’s regions

>>Vitality: In 2015, the festival phenomenon continues to push its boundaries, occupying both urban and rural landscapes. It can be noted that in certain regions, like Provence-Alps-Côte d’Azur, the roots of festival life are much more grounded than in Brittany, the Nord-Pas-de-Calais-Picardie, or Île de France. The milieu is very open, lively, and adapting: even if some festivals disappear for various reasons, new events are created each year.

>>Youth: In 2015, classical music festivals were on average at their 20th edition, and 58% had been around for less than 20 years, which refutes the preconceived notion of old patriarchal manifestations. Only 1 out of every 5 festivals has existed for more than 30 years. In terms of the recently emerging aesthetics, both classical and baroque musics can be found with … creative musics! More and more, festivals are participating in the regeneration of the musical repertory by opening up to contemporary creation.

>>Diversity: Festivals that choose to represent only one musical style are the minority (41%). Be they dedicated to contemporary music or represent multiple genres, the festivals of todays are key players in LA COMMANDE et LA REPRISE of today’s works.

>> Diversité : les festivals se concentrant exclusivement sur une seule esthétique sont minoritaires (41%). Qu’ils soient dédiés à la musique contemporaine ou plus généralistes dans les styles représentés, les festivals sont des acteurs majeurs pour la commande et la reprise des œuvres d’aujourd’hui.

>>An evolving sector, with a diverse cultural and economic model: 37% of classical festivals have less than seven performances. On the other hand, those with more than twenty performances make up 13% of the group, while half (50%) have between seven and twenty.

Quotes:

“The SACEM actively supports creation and propulsion of the contemporary repertory. Committed to its creators, it supports initiatives which contribute to the renewal of both art and audience, both in France and abroad. It accompanies young composers, orchestras, and specialised ensembles in their artistic careers, in all genres of today’s musical creation.”

Laurent Petitgirard, President of the SACEM Board of Directors, Institute Member

“This groundbreaking study, prouves the determinative role of festivals in the music sector in terms of creation and spread of musical works, jobs in artistic fields, and territorial influence. For more than ten years, France Festivals has been working towards a better knowledge of their impact and encouraging the development of a network of artistic initiatives as well as the professionalisation of festivals’ administrative teams.

Philippe Toussaint, President of France Festivals

“Festivals? It’s a freer, more intense way of experiencing music, liberating us from the usual constraints in order to create true musical experiences."

Emmanuel Hondré, Concert and Performance Director for the Paris Philarmonic.


 

BAROFEST : BAROMÈTRE DES FESTIVALS DE MUSIQUES ACTUELLES EN FRANCE / 2015

Une étude sur les festivals de musiques actuelles en 2015 a été réalisée par le Cnv, l’Irma et la Sacem. Elle a été présentée le 14 avril 2016 au Printemps de Bourges.

L’étude « Barofest », met en lumière la grande diversité des festivals de musiques actuelles ainsi que leur densité.

 Les principaux axes que l’étude explore sont :

  • Les musiques actuelles, moteur du spectacle vivant
  • Les lieux des festivals
  • Un secteur porté par le milieu associatif
  • Creation-disparition 2013-2015

 L’étude Barofest est un outil d’observation du secteur festivalier. Les musiques actuelles représentent aujourd’hui une part importante de la diffusion de spectacles musicaux. Un secteur qui contribue fortement à l’attractivité des festivals Français, malgré une tendance à la baisse des aides publiques.

Le Barofest et la Cartoclassique démontrent la vitalité du secteur festivalier et le rayonnement économique et culturel, que les festivals apportent en région.

Vous pouvez retrouvez les détails de l’étude Barofest ci-dessous, ainsi que la Carto’classique ! en barre de téléchargement à droite de la page de l’Observatoire des festivals.

 

Etude CNV - Sacem - Irma : La France et la richesse de ses festivals de musiques actuelles (2014)

À l’occasion du Printemps de Bourges, le CNV, l’Irma et la Sacem proposaient la deuxième édition du baromètre des festivals de musiques actuelles en France. Alors que les annonces d’annulation, de réduction ou de report se sont succédées, en ce début d’année 2015, cette étude démontre qu’en 2014 les festivals ont été l’un des principaux facteurs de dynamisme sur les territoires. Avec un petit quiz pour tester vos connaissances sur les festivals !

 

Cette seconde étude réalisée, à partir des données 2014, par le CNV (Centre national de la chanson, des variétés et du jazz), l’Irma et la Sacem révèle la très forte densité et la formidable diversité des 1 615 festivals de musiques actuelles en France. En 2013, les festivals ont représenté 27% de la fréquentation payante des concerts, spectacles, et on en compte en moyenne 70 par région. Le jazz, le blues et les musiques improvisées ainsi que les musiques électroniques amplifiées représentent près de 60% des festivals en France.

Si l’Île-de-France (217 festivals), Rhône-Alpes (198), Paca (162), la Bretagne et Midi-Pyrénées concentrent, en nombre, 50% des festivals, le focus sur le nombre de festivals pour 100 000 habitants apporte un nouvel éclairage. Ainsi, l’arc méditerranéen et l’ouest offrent-ils sans surprise une forte densité de festivals par nombre d’habitants (4 à 6). Pour autant, le Limousin, la Corse ou la Bourgogne ne sont pas en reste avec eux aussi 4 à 6 festivals pour 100 000 habitants.

Moins de création de festivals en 2014

Le solde négatif (44 créations de festivals pour 51 disparitions en 2014) est à relativiser : "les disparus" représentent 3,2% des 1 625 festivals de musiques actuelles observés et "les créations" 2,7%. De surcroît, le baromètre n’ayant que deux années d’existence, le cycle de renouvellement des festivals peut suivre celui du spectacle vivant, souvent biennal. Ces chiffres appellent néanmoins à la vigilance.

Un moteur du spectacle vivant

Cette étude montre le poids des festivals sur l’ensemble du spectacle vivant (22% de la billetterie en 2013). À titre d’exemple 62% des recettes de billetterie et 56% de la fréquentation payante ont, cette année-là, eu lieu dans un cadre festivalier en Bretagne. En 2014, les festivals ont représenté 19% des droits d’auteur collectés dans le spectacle vivant, soit 13,9 millions d’euros.

Des festivals plutôt jeunes

Si 80% des festivals de musiques actuelles ont moins de 20 ans et 48% moins de 10 ans, le renouvellement du public et la diversité des esthétiques restent des défis à relever pour tous. Sur la saisonnalité des festivals, 54% se déroulent en été. L’autre moitié des festivals a lieu aux autres saisons : 427 au printemps, 280 en automne et 63 en hiver.

Pour le CNV, "les festivals participent à la richesse culturelle de notre pays et au dynamisme de nos territoires. Ils engendrent des retombées économiques conséquentes et permettent de valoriser la création musicale et participent à la renommée d’un lieu. Ils favorisent le vivre ensemble et le lien social".

Plus d'informations sur le site de la Sacem, de l'Irma et du CNV

ETUDE DES PUBLICS - LES EUROCKÉENNES DE BELFORT - 2014

Étude CNV - La carte des festivals 2013

À l’occasion du Printemps de Bourges, le CNV, l’Irma et la Sacem ont dévoilé une étude cartographiée des festivals en France. Elle présente notamment l’inscription des festivals de musiques actuelles sur les territoires à travers une série de cinq cartes régionales.

 

L’étude recense 1972 festivals, dont 1425 festivals de musiques actuelles qui sont témoins, par leur nombre et leur diversité, d’une offre culturelle riche.

Jazz, blues et musiques improvisées représentent près du tiers des festivals et sont talonnés par les musiques électroniques et amplifiées. Ces deux genres génèrent près de 50 % de l’offre de festivals.

Viennent ensuite les musiques traditionnelles et du monde, la chanson et les festivals proposant plusieurs genres musicaux dans leur programmation.

Retrouvez l'article complet sur le site de l'Irma en cliquant ici

Etude CNV sur les festivals : un développement qui interroge l’avenir (2008-2012)

Le CNV a publié en 2014 des données économiques sur les festivals, pour la période 2008-2012. Confirmant la montée en puissance des festivals, elle fait apparaître des contrastes forts entre les événements. Entre hausse des charges, croissance modérée des soutiens et marge de manœuvre de moins en moins grande sur la billetterie, l’avenir des festivals pose question. L’étude a fait l’objet d’une présentation lors des BIS 2014.

Retrouvez l'article complet sur le site de l'Irma en cliquant ici

FESTudy 2011-2013 : a scientific study at European scale

Sorry :( this page is under construction


Click here for the french version

Scientific study on festival audiences, published in April 2010

Sorry :( this page is under construction

Click here for the french version

Scientific study conducted by Emmanuel Négirer, published in June 2007

Sorry :( this page is under construction

Click here for the french version

Key figures

  • Panorama of the Festudy study Sweden : 23 festivals
    Switzerland : 7 festivals
    Quebec : 44 festivals

  • Around 400 festivals participated in the European study FESTudy

  • Panorama of the Festudy study Ireland : 21 festivals
    Norway: 10 festivals
    Finland : 20 festivals

  • Panorama of the Festudy study France : 92 festivals
    Belgium : 70 festivals
    Spain : 97 festivals

  • And a dozen festivals from other countries Bulgaria, Danemark, Iceland, Poland, Luxembourg

/ 5