Suivez-nous sur...
Partage
Vous êtes ici
>
>
>
Observatoire des festivals

OBSERVATOIRE DES FESTIVALS

France Festivals affirme, depuis plusieurs années, sa vocation d’observatoire collectant les informations relatives aux festivals. Elle a ainsi engagé plusieurs études sur divers thèmes (les publics, les territoires, les musiques, les subventions du spectacle vivant...). Ces études ont bénéficié d’une publication. Vous trouverez également sur cette page des études du Centre National des Variétés (CNV), de la Sacem et de l’Irma.

 

Carto’Classique : Festivals classiques, lyriques, contemporains : jouons ensemble !

France Festivals, la Philharmonie de Paris, la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) et le Cepel (CNRS) se sont associés pour réaliser une étude sur les festivals classiques, lyriques, contemporains en France en 2015. C’est la première fois que ces données sont dévoilées. Elles révèlent une vraie vitalité des festivals, dont la présence dans toutes les régions françaises contribue fortement à l’animation des territoires et à la valorisation de la création musicale.

Cette étude a été présentée aux Biennales Internationales du Spectacles (BIS), mercredi 20 janvier à 14h30.

Principaux chiffres et résultats

>> Densité : 551 festivals programment de la musique classique, lyrique ou contemporaine, soit 42 en moyenne par région. Il n’existe pas de France vide de festivals, même si 61% des événements se concentrent dans cinq régions, et si 64% d’entre eux ont lieu l’été. Une telle concentration n’est pas spécifique au champ classique, elle se retrouve également dans les musiques actuelles.

551 festivals classiques, lyriques et contemporains dans toutes les régions

>> Vitalité : le phénomène festivalier continue, en 2015, de se généraliser et concerne aussi bien les espaces urbains que ruraux. On constate que certaines régions, comme Provence-Alpes-Côte d’Azur, ont une vie festivalière plus enracinée que la Bretagne, le Nord - Pas-de-Calais et Picardie ou l’Île de France. Il s’agit aussi d’un milieu très vivant, ouvert et en mouvement : si du fait de causes très diverses, des festivals disparaissent, de nouveaux événements sont créés chaque année.

>> Jeunesse : en 2015, un festival classique a 20 ans en moyenne, et 58% ont moins de 20 ans, ce qui combat l’idée reçue de manifestations patrimoniales et anciennes. Seul un festival sur cinq a plus de 30 ans. Quant aux esthétiques les plus récemment apparues, ce sont à la fois les musiques anciennes et baroques et… les musiques de création ! Les festivals participent de manière croissante au renouvellement du répertoire musical en s’ouvrant à la création contemporaine. 

>> Diversité : les festivals se concentrant exclusivement sur une seule esthétique sont minoritaires (41%). Qu’ils soient dédiés à la musique contemporaine ou plus généralistes dans les styles représentés, les festivals sont des acteurs majeurs pour la commande et la reprise des œuvres d’aujourd’hui.

>> Un secteur en pleine évolution, au modèle économique et culturel très diversifié: 37% des festivals classiques programment moins de sept représentations. À l’opposé, ceux qui dépassent les vingt représentations constituent 13% de l’ensemble, tandis que la moitié (50%) se situe entre sept et vingt.

Citations :

« La Sacem apporte un soutien très actif à la création et à la diffusion du répertoire contemporain. Engagée aux côtés de ses créateurs et par le biais de son action culturelle, elle soutient les initiatives qui contribuent au renouvellement des œuvres et des publics, aussi bien en France qu’à l’international. Elle accompagne les carrières artistiques des jeunes compositeurs, les orchestres et ensembles spécialisés, dans toutes les esthétiques de la création musicale d’aujourd’hui. »

Laurent Petitgirard, Président du Conseil d’administration de la Sacem, Membre de l’Institut.

« Cette enquête, totalement inédite, démontre le rôle déterminant des festivals dans le champ musical en termes de création et de diffusion des œuvres, d’emploi artistique et de rayonnement des territoires. Depuis une dizaine d’années, France Festivals œuvre et participe à une meilleure connaissance de leur impact et encourage la mise en réseau des initiatives artistiques et la professionnalisation des équipes d’administration des festivals. »

Philippe Toussaint, Président de France Festivals

« Les festivals ? Une manière de vivre la musique plus intensément, plus librement, en se libérant des contraintes habituelles pour créer de véritables expériences de musique. »

Emmanuel Hondré, directeur des concerts et spectacles de la Philharmonie de Paris

BAROFEST : BAROMÈTRE DES FESTIVALS DE MUSIQUES ACTUELLES EN FRANCE / 2015

Une étude sur les festivals de musiques actuelles en 2015 a été réalisée par le Cnv, l’Irma et la Sacem. Elle a été présentée le 14 avril 2016 au Printemps de Bourges.

L’étude « Barofest », met en lumière la grande diversité des festivals de musiques actuelles ainsi que leur densité.

 Les principaux axes que l’étude explore sont :

  • Les musiques actuelles, moteur du spectacle vivant
  • Les lieux des festivals
  • Un secteur porté par le milieu associatif
  • Creation-disparition 2013-2015

 L’étude Barofest est un outil d’observation du secteur festivalier. Les musiques actuelles représentent aujourd’hui une part importante de la diffusion de spectacles musicaux. Un secteur qui contribue fortement à l’attractivité des festivals Français, malgré une tendance à la baisse des aides publiques.

Le Barofest et la Cartoclassique démontrent la vitalité du secteur festivalier et le rayonnement économique et culturel, que les festivals apportent en région.

Vous pouvez retrouvez les détails de l’étude Barofest ci-dessous, ainsi que la Carto’classique ! en barre de téléchargement à droite de la page de l’Observatoire des festivals.

 

Etude CNV - Sacem - Irma : La France et la richesse de ses festivals de musiques actuelles (2014)

À l’occasion du Printemps de Bourges, le CNV, l’Irma et la Sacem proposaient la deuxième édition du baromètre des festivals de musiques actuelles en France. Alors que les annonces d’annulation, de réduction ou de report se sont succédées, en ce début d’année 2015, cette étude démontre qu’en 2014 les festivals ont été l’un des principaux facteurs de dynamisme sur les territoires. Avec un petit quiz pour tester vos connaissances sur les festivals !

 

Cette seconde étude réalisée, à partir des données 2014, par le CNV (Centre national de la chanson, des variétés et du jazz), l’Irma et la Sacem révèle la très forte densité et la formidable diversité des 1 615 festivals de musiques actuelles en France. En 2013, les festivals ont représenté 27% de la fréquentation payante des concerts, spectacles, et on en compte en moyenne 70 par région. Le jazz, le blues et les musiques improvisées ainsi que les musiques électroniques amplifiées représentent près de 60% des festivals en France.

Si l’Île-de-France (217 festivals), Rhône-Alpes (198), Paca (162), la Bretagne et Midi-Pyrénées concentrent, en nombre, 50% des festivals, le focus sur le nombre de festivals pour 100 000 habitants apporte un nouvel éclairage. Ainsi, l’arc méditerranéen et l’ouest offrent-ils sans surprise une forte densité de festivals par nombre d’habitants (4 à 6). Pour autant, le Limousin, la Corse ou la Bourgogne ne sont pas en reste avec eux aussi 4 à 6 festivals pour 100 000 habitants.

Moins de création de festivals en 2014

Le solde négatif (44 créations de festivals pour 51 disparitions en 2014) est à relativiser : "les disparus" représentent 3,2% des 1 625 festivals de musiques actuelles observés et "les créations" 2,7%. De surcroît, le baromètre n’ayant que deux années d’existence, le cycle de renouvellement des festivals peut suivre celui du spectacle vivant, souvent biennal. Ces chiffres appellent néanmoins à la vigilance.

Un moteur du spectacle vivant

Cette étude montre le poids des festivals sur l’ensemble du spectacle vivant (22% de la billetterie en 2013). À titre d’exemple 62% des recettes de billetterie et 56% de la fréquentation payante ont, cette année-là, eu lieu dans un cadre festivalier en Bretagne. En 2014, les festivals ont représenté 19% des droits d’auteur collectés dans le spectacle vivant, soit 13,9 millions d’euros.

Des festivals plutôt jeunes

Si 80% des festivals de musiques actuelles ont moins de 20 ans et 48% moins de 10 ans, le renouvellement du public et la diversité des esthétiques restent des défis à relever pour tous. Sur la saisonnalité des festivals, 54% se déroulent en été. L’autre moitié des festivals a lieu aux autres saisons : 427 au printemps, 280 en automne et 63 en hiver.

Pour le CNV, "les festivals participent à la richesse culturelle de notre pays et au dynamisme de nos territoires. Ils engendrent des retombées économiques conséquentes et permettent de valoriser la création musicale et participent à la renommée d’un lieu. Ils favorisent le vivre ensemble et le lien social".

Plus d’informations sur le site de la Sacem, de l’Irma et du CNV

ETUDE DES PUBLICS - LES EUROCKÉENNES DE BELFORT - 2014

Étude CNV - La carte des festivals 2013

À l’occasion du Printemps de Bourges, le CNV, l’Irma et la Sacem ont dévoilé une étude cartographiée des festivals en France. Elle présente notamment l’inscription des festivals de musiques actuelles sur les territoires à travers une série de cinq cartes régionales.

 

L’étude recense 1972 festivals, dont 1425 festivals de musiques actuelles qui sont témoins, par leur nombre et leur diversité, d’une offre culturelle riche.

Jazz, blues et musiques improvisées représentent près du tiers des festivals et sont talonnés par les musiques électroniques et amplifiées. Ces deux genres génèrent près de 50 % de l’offre de festivals.

Viennent ensuite les musiques traditionnelles et du monde, la chanson et les festivals proposant plusieurs genres musicaux dans leur programmation.

Retrouvez l’article complet sur le site de l’Irma en cliquant ici

Etude CNV sur les festivals : un développement qui interroge l’avenir (2008-2012)

Le CNV a publié en 2014 des données économiques sur les festivals, pour la période 2008-2012. Confirmant la montée en puissance des festivals, elle fait apparaître des contrastes forts entre les événements. Entre hausse des charges, croissance modérée des soutiens et marge de manœuvre de moins en moins grande sur la billetterie, l’avenir des festivals pose question. L’étude a fait l’objet d’une présentation lors des BIS 2014.

Retrouvez l’article complet sur le site de l’Irma en cliquant ici

FESTudy 2011-2013 : une étude scientifique à l’échelle européenne

Ce projet de recherche scientifique sur les festivals de musique d’Europe (toutes esthétiques confondues) visait à établir une connaissance commune des politiques festivalières, ainsi que de leur management et leur insertion dans le développement territorial. Avec une approche interdisciplinaire et comparative, l’équipe de recherche internationale, experte sur les festivals et les politiques culturelles, s’est appuyée sur un réseau de partenaires institutionnels (fédérations de festivals, pouvoirs publics nationaux et régionaux, festivals).

Les objectifs de connaissance

La démarche visait à outrepasser l’accumulation d’informations, produites dans des contextes différents, pour proposer une méthode unique de recueil, de traitement et d’analyse des données.
Ses objectifs étaient de fournir des repères quantitatifs et qualitatifs sur les 4 grands thèmes suivants :

  • La variété des contextes dans lesquels les festivals européens se développent.

    Repérer les grandes tendances nationales dans leur évolution pour identifier certaines tendances convergentes dans l’accompagnement public/privé des festivals européens.

  • L’activité des festivals, dans leur diversité de genre, d’implantation territoriale, de date de programmation, en comparant leurs pratiques.

    Repérer les tendances actuelles dans l’activité festivalière, afin de valider ou infirmer l’hypothèse d’un développement festivalier convergent à l’échelle européenne.

  • Les retombées artistiques, culturelles et l’emploi festivalier. Il s’agissait ici de mesurer la contribution des festivals à la vie artistique et culturelle européenne, dans sa diversité de genres, de cultures nationales et subnationales.

    Vérification, en interrogeant les responsables sur les principales tendances récentes, de l’existence de styles de management festivalier et indication des dimensions pour lesquelles on peut parler de convergence.

  • L’Europe et ses réseaux : programmation et coopération festivalières.
    Mesure du degré de coopération existant à plusieurs niveaux (organisation des festivals, programmation artistique des événements) et mesure de la mobilité artistique en Europe.

    Interrogation de L’Europe, comme espace commun, à partir des réseaux existants de coopération, des types de coopération à l’œuvre et de l’évolution des contenus de la programmation. 

 

Panorama de l’échantillon d’étude :

France : 92 festivals Belgique : 70 festivals Espagne : 97 festivals
Irlande : 21 festivals Norvège : 10 festivals Finlande : 20 festivals
Suède : 23 festivals Suisse : 7 festivals

+ Une dizaine de festivals d’autres pays (Bulgarie, Danemark, Islande, Pologne, Luxembourg,…)
Le Québec s’est associé à cette étude avec 44 festivals.

Total de participants : près de 400 festivals

Toutes les informations sur le site officiel : www.festudy.com

Étude scientifique sur les publics des festivals, parue en avril 2010

Une étude scientifique sur les publics des festivals parue en avril 2010, une  coédition France Festivals, les éditions Michel de Maule et Réseau en scène Languedoc-Roussillon.

France Festivals a commandé une nouvelle étude qui porte sur les publics des festivals. Cette enquête de grande ampleur (48 festivals volontaires – festivals adhérant à France Festivals et 16 festivals de Languedoc-Roussillon – 24 000 questionnaires traités) est le premier travail de cette nature à l’échelle nationale. Il a été réalisé durant l’année 2008, dans toutes les régions de France. Les résultats ont été rendus lors du colloque des 12 et 13 novembre 2009 à Montpellier.

Se sont associés à ces travaux en participant au comité de pilotage de cette étude : le Département des Etudes et de la Prospective du Ministère de la Culture et de la Communication, l’observatoire du spectacle vivant de la DMDTS, la mission du tourisme culturel à la délégation au développement et aux affaires internationales du Ministère de la culture, le bureau de la stratégie à la Direction du Tourisme et la Région Languedoc-Roussillon.

L’étude complète est disponible en librairie ou en ligne ici.

Téléchargez la synthèse de l’étude "Les publics des festivals" à l’échelle nationale

Téléchargez la synthèse de l’étude sur les publics des festivals de Languedoc-Roussillon

Étude scientifique d’Emmanuel Négrier, parue en juin 2007

L’étude scientifique d’Emmanuel Négrier parue en juin 2007, une coédition France Festivals et les éditions Michel de Maule.

France Festivals a commandé à un chercheur du CNRS, Emmanuel Négrier, une étude sur les festivals en France qui font aujourd’hui l’objet de multiples débats sur leur nombre, leur rôle dans l’activité culturelle, leur importance en termes de création et d’emplois artistiques. Le développement considérable de ces événements, au cours des trente dernières années, n’a d’égal que la rareté des travaux qui ont tenté, scientifiquement, d’en prendre la mesure. L’étude relève le défi pour les festivals de musique et de danse en France. Il combine une approche quantitative, recensant les principaux indicateurs dans leur évolution récente, et une analyse qualitative du parcours de ces événements singuliers. Ce travail permet d’identifier 7 familles de festivals, qui témoignent d’une réalité contrastée et d’enjeux convergents pour l’avenir.

les chiffres clés

  • Panorama de l’étude Festudy Suède : 23 festivals
    Suisse : 7 festivals
    Québec : 44 festivals

  • Près de 400 festivals ont participé à l’étude européenne FESTudy

  • Panorama de l’étude Festudy Irlande : 21 festivals
    Norvège : 10 festivals
    Finlande : 20 festivals

  • Panorama de l’étude Festudy France : 92 festivals
    Belgique : 70 festivals
    Espagne : 97 festivals

  • Et une dizaine de festivals d’autres pays Bulgarie, Danemark, Islande, Pologne, Luxembourg

/ 5