Suivez-nous sur...
Partage
Vous êtes ici
>
>
Découvrir nos Festivals de musique et du spectacle vivant

DÉCOUVRIR NOS FESTIVALS DE MUSIQUE ET DU SPECTACLE VIVANT

Les Nuits de Fourvière

du 01/06/2018 au 28/07/2018

MULTIDISCIPLINARITÉ


Théâtre, musique, danse, opéra, cirque... Les Nuits de Fourvière sont dévolues aux arts de la scène et s’attachent, depuis 1946, à faire coexister les disciplines. Chaque été, en juin et juillet, le festival présente près de 60 représentations pour plus de cent trente mille spectateurs. Si la pluridisciplinarité est un critère, elle n’est en rien une règle absolue. Le festival garantit son ouverture et sa modernité en se gardant de normer ou de thématiser. Les Nuits se sont sculptées un projet artistique singulier avec pour seule boussole la qualité artistique des projets et leur inscription sur la scène internationale.


"D’année en année, sous l’impulsion de son directeur, Dominique Delorme, le festival Les Nuits de Fourvière affirme sa fringale d’audace et d’originalité car derrière les arbres de passage conventionnel c’est bien une forêt d’initiatives qui, deux mois durant, constelle une programmation faisant feu de tout bois (theatre, classique, danse, rock, world...)"
Libération, 2010


UN LIEU, UNE HISTOIRE : LE SITE ARCHÉOLOGIQUE DE FOURVIÈRE, POUMON ARTISTIQUE DE LA CITÉ


La recherche du site antique fut, longtemps, une des questions centrales de l’archéologie lyonnaise. Pour tenter d’y répondre, Edouard Herriot, alors Maire de Lyon amorce un chantier de fouille en 1933. Contraintes pendant la guerre, ces fouilles ressuscitent le Grand Théâtre en 1946. Herriot l’inaugure le 29 juin. À l’issue d’un discours mémorable, on présente Les Perses d’Eschyle par le Groupe de Théâtre Antique de la Sorbonne. Le petit Odéon fait son entrée en scène le 25 juin 1952 avec Les Concertos Brandebourgeois sous la direction de Karl Münchinger. Faire revivre le site, l’animer en présentant des spectacles est donc, dès le départ, un rêve absolu et une ambition partagée. Personne ne songe alors à appeler festival cette nouvelle rencontre entre la cité et les artistes qui précède d’un an la première semaine d’art d’Avignon. Depuis le festival n’a cessé de réunir chaque été la population autour d’un programme artistique populaire et de renommée internationale. Le site arbore, en plein coeur de Lyon, deux espaces contigus : le Grand Théâtre (4400 places) et l’Odéon (1200 places).


"Les Nuits de Fourvière ont plusieurs atouts. Le site d’abord : la bucolique colline de Fourviere qui domine Lyon, et où les romains ont fondé Lugdunum."
Le Monde, 2010


 


 

 

  • Directeur : Dominique Delorme
  • Administrateur : Cyril Puig
  • Secrétaire générale : Géraldine Mercier

dimanche 13 mai 2018

  • 21h00 > Grand théâtre
  • TERABAK DE KYIV - Stéphane Ricordel & Dakh Daughters

TRAVERSÉE DU FUNAMBULE DAVID DIMITRI

C’est une soirée comme il y en existera peu. Elle débutera par la traversée funambule de David Dimitri. Au crépuscule, sur son fil, il fendra le ciel au-dessus de nos têtes pour laisser place à la virtuosité du cabaret ukrainien imaginé par Stéphane Ricordel avec les Dakh Daughters. Ce cabaret, Ricordel l’a voulu baroque, fantasque et survolté. Il a voulu que les numéros se métissent et qu’une histoire se raconte. Alors le magicien Yann Frisch, en Monsieur Loyal, nous prendra par la main pour nourrir un récit absurde et burlesque où chacun retrouve une place. Trampoline, trapèze, mât chinois… éveillent voltigeurs et acrobates au rythme effréné d’un gang de chanteuses ukrainienne déchaînées.

Stéphane Ricordel, a concoté un cabaret chaleureux et doucement déjanté où se sentent aussi bien les adultes que les enfants et même — miracle — les adolescents.
Fabienne Darge, Le Monde

Mêlant cirque, musique et magie, le propos s’articule autour des Dakh Daughters, six Ukrainiennes formées au conservatoire de Kiev, ayant viré leur cuti pour défourailler une sorte d’ethno-punk calorifère qui ne manque pas de sympathisants en France
Gilles Renault, Libération

vendredi 01 juin 2018

  • 21h30 > Grand théâtre
  • FOLIA - Mourad Merzouki

Direction artistique et chorégraphie, Mourad Merzouki

Il y a une grande diversité et une modernité folle dans le répertoire baroque entre le XVIIèmeet le XVIIIèmesiècle. Certaines musiques appartiennent à un répertoire savant, comme la musique de Vivaldi, et d’autres sont issues de la danse comme les tarentelles, ou les chaconnes.De ce métissage et de la rencontre entre Mourad Merzouki et Franck-Emmanuel Comte, chef de file du Concert de l’Hostel Dieu, est néFolia.On prend une tarentelle, on échantillonne des partitions baroques afin de les réutiliser en boucle, on ajoute des musiques électroniques, on fusionne le tout et on danse. L’important, c’est que les mondes se confrontent, s’altèrent, s’entrechoquent. L’important, c’est que les mondes se parlent entre eux. C’est ce dialogue qu’a révélé de manière fracassante et éclatante, à ses débuts, le chorégraphe Mourad Merzouki avecRécital. Il a depuis tracé le chemin exemplaire qu’on lui connaît. C’est cette même ligne esthétique ténue et fertile qu’il poursuit en frottant ses danseurs au répertoire baroque revisité avecFolia.

samedi 02 juin 2018

  • 21h30 > Grand théâtre
  • FOLIA - Mourad Merzouki

Direction artistique et chorégraphie, Mourad Merzouki

Il y a une grande diversité et une modernité folle dans le répertoire baroque entre le XVIIèmeet le XVIIIèmesiècle. Certaines musiques appartiennent à un répertoire savant, comme la musique de Vivaldi, et d’autres sont issues de la danse comme les tarentelles, ou les chaconnes.De ce métissage et de la rencontre entre Mourad Merzouki et Franck-Emmanuel Comte, chef de file du Concert de l’Hostel Dieu, est néFolia.On prend une tarentelle, on échantillonne des partitions baroques afin de les réutiliser en boucle, on ajoute des musiques électroniques, on fusionne le tout et on danse. L’important, c’est que les mondes se confrontent, s’altèrent, s’entrechoquent. L’important, c’est que les mondes se parlent entre eux. C’est ce dialogue qu’a révélé de manière fracassante et éclatante, à ses débuts, le chorégraphe Mourad Merzouki avecRécital. Il a depuis tracé le chemin exemplaire qu’on lui connaît. C’est cette même ligne esthétique ténue et fertile qu’il poursuit en frottant ses danseurs au répertoire baroque revisité avecFolia.

dimanche 03 juin 2018

  • 20h30 > Odéon
  • FATOUMATA DIAWARA - Jupiter & Okwess

En 2017, dansLamomalide –M–, elle subjuguait le public de Fourvière par sa voix de feu et son port de reine. En 2018, c’est en majesté que Fatoumata Diawara revient à l’Odéon, dans le sillage d’un deuxième album (Fenfo) co-produit par Matthieu Chédid. Celle qui, contre l’injonction familiale, embrassa dès l’âge de 17 ans un destin de comédienne, y réaffirme son tempérament frondeur : voilà une musicienne qui suit son seul bon plaisir pour puiser dans les sources de la tradition comme dans les ressources de la modernité. Et sur scène, “Fatou” est un peu plus encore qu’un simple symbole d’indépendance : l’ardente incarnation d’une liberté en actes.

Un même souffle brûlant traverse les chansons de Jupiter Bokondji. A ses débuts, ce sorcier funk psychédélique de la scène “tradi-moderne” de Kinshasa passait pour un illuminé complet. Admiré par 3D (Massive Attack) et Damon Albarn, il est aujourd’hui ce phare qui éclaire la nouvelle vague des musiques africaines – et bien au-delà.

lundi 04 juin 2018

  • 21h30 > Grand théâtre
  • FOLIA - Mourad Merzouki

Direction artistique et chorégraphie, Mourad Merzouki

Il y a une grande diversité et une modernité folle dans le répertoire baroque entre le XVIIèmeet le XVIIIèmesiècle. Certaines musiques appartiennent à un répertoire savant, comme la musique de Vivaldi, et d’autres sont issues de la danse comme les tarentelles, ou les chaconnes.De ce métissage et de la rencontre entre Mourad Merzouki et Franck-Emmanuel Comte, chef de file du Concert de l’Hostel Dieu, est néFolia.On prend une tarentelle, on échantillonne des partitions baroques afin de les réutiliser en boucle, on ajoute des musiques électroniques, on fusionne le tout et on danse. L’important, c’est que les mondes se confrontent, s’altèrent, s’entrechoquent. L’important, c’est que les mondes se parlent entre eux. C’est ce dialogue qu’a révélé de manière fracassante et éclatante, à ses débuts, le chorégraphe Mourad Merzouki avecRécital. Il a depuis tracé le chemin exemplaire qu’on lui connaît. C’est cette même ligne esthétique ténue et fertile qu’il poursuit en frottant ses danseurs au répertoire baroque revisité avecFolia.

mardi 05 juin 2018

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

  • 21h30 > Odéon
  • NUIT DU HOT CLUB DE LYON - Erik Truffaz 4tet featuring Nya

Bending New Corners

2018 marque les 70 ans du Hot Club de Lyon: une institution toujours très vivace (200 concerts par an) sur la place musicale lyonnaise. Le doyen des clubs européensa vu défiler sous sa voûte une sacrée parade de contrebandiers du swing et autres distillateurs de notes bleues, de Duke Ellington à Chet Baker, de Louis Armstrong à Dizzie Gillespie, d’Art Blakey à Miles Davis. Et certains cadors actuels y ont fait leurs premières armes, comme Louis Sclavis ou un certain… Erik Truffaz.

Heureuse coïncidence, le trompettiste a lui aussi des bougies à souffler en 2018: il y a vingt ans sortait son albumBending the Corners. Une mixture unique d’instruments acoustiques, sons électro et tchatche hip-hop, qui allait faire école et ouvrir le jazz à une nouvelle génération d’auditeurs. Avec le charismatique rappeur Nya, présent dans le projet d’origine, Erik Truffaz et son Quartet ont décidé de rejouer sur scène ce disque qui, lui aussi, n’a pas pris une ride.

Et c’est ainsi, par les beaux hasards du calendrier, que les Nuits, en complicité avec le Hot Club, ont décidé de fêter dans la même soirée deux anniversaires aux couleurs d’un jazz à la fois intemporel et œcuménique!

mercredi 06 juin 2018

  • 19h30 > Maison de la Danse (Archipel flamenco)
  • Archipel Flamenco - QUESTCEQUETUDEVIENS ? Aurélien Bory, Stéphanie Fuster

J’ai rencontré Stéphanie Fuster à Toulouse, avant qu’elle ne parte à Séville en immersion complète dans le flamenco. J’avais été touché par sa sensibilité particulière, sa personnalité étonnante, la radicalité de son choix: tout abandonner pour ne se consacrer qu’à ça. Elle est restée là-bas huit ans à apprendre pour devenir répétitrice, puis danseuse auprès des plus grands. Elle est revenue avec sa danse et m’a demandé de lui écrire un spectacle. J’ai d’abord pensé que cela ne correspondait pas aux axes de mon travail, qui tourne principalement autour de la question de l’espace. Je me suis ravisé. Il y avait bien sûr un décalage. Mais ce décalage était aussi présent dans son parcours; elle qui décide de se confronter à un art adossé à une autre culture, elle qui porte le statut d’intruse dans une discipline connotée. J’ai réalisé peu à peu que c’était son portrait que je voulais faire. Un portait scénique. Imaginer l’espace sur scène qui est celui de son parcours extérieur, et imaginer sa danse, qui est celle de son parcours intérieur. Elle a choisi ses partenaires: la guitare de José Sanchez, et le chant d’Alberto Garcia.Questcequetudeviens?se monte dans ce contexte-là. C’est un portrait d’une femme qui se cherche, qui s’émancipe, qui vit, qui meurt.

AURÉLIEN BORY

  • 20h30 > Temple du Change
  • RAPHAËL IMBERT - Music Is My Hope

Amorcé en 2015 avecMusic is My Home, rencontre au sommet avec des bluesmen américains, le compagnonnage entre les Nuits et Raphaël Imbert s’enrichit d’une nouvelle étape. Dans le sillage d’un album qui a fait trembler sur ses bases le petit monde du jazz français,Music is My Hopeest un cap majeur dans le parcours du saxophoniste, compositeur et improvisateur. Avec son souffle et sa vision sans limites, l’inlassable passeur pousse un cran plus haut son exploration des spirituals, du blues, de la soul, de la folk, des protest songs… Matière vive qu’il plonge – ou plutôt élève – dans un creuset surchauffé où sacré et profane, contestation et espoir, intime et collectif s’embrasent et s’embrassent. Et si les admirables Marion Rampal et Aurore Imbert sont ici créditées au chant, tout, dansMusic is My Hope, est en vérité voué à chanter, à vibrer: voix et instruments, corps et âmes, musiciens et auditeurs. Tout brûle, tout brille, dans un moment de partage qui fait écho à la phrase du folksinger Phil Ochs:“Oh mais en des temps aussi laids, la beauté est la seule véritable protestation.”

Rencontre avec Raphaël Imbert

Le mardi 15 mai à 19h30 à la librairie Musicalame, 16 rue Pizay, Lyon 1er.
Entrée libre sur réservationlibrairie@musicalame.frou 04 78 29 01 34.

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

jeudi 07 juin 2018

  • 20h30 > Maison de la Danse (Archipel flamenco)
  • Archipel Flamenco - QUESTCEQUETUDEVIENS ? Aurélien Bory, Stéphanie Fuster

J’ai rencontré Stéphanie Fuster à Toulouse, avant qu’elle ne parte à Séville en immersion complète dans le flamenco. J’avais été touché par sa sensibilité particulière, sa personnalité étonnante, la radicalité de son choix: tout abandonner pour ne se consacrer qu’à ça. Elle est restée là-bas huit ans à apprendre pour devenir répétitrice, puis danseuse auprès des plus grands. Elle est revenue avec sa danse et m’a demandé de lui écrire un spectacle. J’ai d’abord pensé que cela ne correspondait pas aux axes de mon travail, qui tourne principalement autour de la question de l’espace. Je me suis ravisé. Il y avait bien sûr un décalage. Mais ce décalage était aussi présent dans son parcours; elle qui décide de se confronter à un art adossé à une autre culture, elle qui porte le statut d’intruse dans une discipline connotée. J’ai réalisé peu à peu que c’était son portrait que je voulais faire. Un portait scénique. Imaginer l’espace sur scène qui est celui de son parcours extérieur, et imaginer sa danse, qui est celle de son parcours intérieur. Elle a choisi ses partenaires: la guitare de José Sanchez, et le chant d’Alberto Garcia.Questcequetudeviens?se monte dans ce contexte-là. C’est un portrait d’une femme qui se cherche, qui s’émancipe, qui vit, qui meurt.

AURÉLIEN BORY

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

  • 21h30 > Grand théâtre
  • Première française ACOSTA DANZA - Carlos Acosta

Carlos Acosta, danseur étoile du Royal Ballet de Londres

On connaît peu Carlos Acosta en France. Le monde entier célèbre ce danseur cubain au tempérament affirmé. Outre-Atlantique, on le situe à une croisée des chemins entre Baryshnikov et Noureev. L’Angleterre l’adopte en lui ouvrant les portes de l’English National Ballet et du Royal Ballet. Gamin, à Cuba, il grandit dans un quartier de La Havane (Arroyo Naranjo) et est allergique à l’école. Habitué des faubourgs, il rêve de devenir footballeur et il intègre contraint et forcé l’école de Ballet Alejo Carpentier pour être canalisé. D’abord rétif, il commence à aimer le ballet. Ici commence l’histoire, il rafle tous les prix, enchaine les interprétations remarquables, devient un des danseurs les plus respectés au monde, fonde son studio et sa compagnie de danse à La Havane. Rien de mieux qu’un programme en cinq temps, rassemblant les danseurs de sa compagnie dirigés par des chorégraphes venus du monde entier dont Sidi Larbi Cherkaoui, pour embrasser une vision panoramique de son art.

vendredi 08 juin 2018

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

  • 21h30 > Grand théâtre
  • Première française ACOSTA DANZA - Carlos Acosta

Carlos Acosta, danseur étoile du Royal Ballet de Londres

On connaît peu Carlos Acosta en France. Le monde entier célèbre ce danseur cubain au tempérament affirmé. Outre-Atlantique, on le situe à une croisée des chemins entre Baryshnikov et Noureev. L’Angleterre l’adopte en lui ouvrant les portes de l’English National Ballet et du Royal Ballet. Gamin, à Cuba, il grandit dans un quartier de La Havane (Arroyo Naranjo) et est allergique à l’école. Habitué des faubourgs, il rêve de devenir footballeur et il intègre contraint et forcé l’école de Ballet Alejo Carpentier pour être canalisé. D’abord rétif, il commence à aimer le ballet. Ici commence l’histoire, il rafle tous les prix, enchaine les interprétations remarquables, devient un des danseurs les plus respectés au monde, fonde son studio et sa compagnie de danse à La Havane. Rien de mieux qu’un programme en cinq temps, rassemblant les danseurs de sa compagnie dirigés par des chorégraphes venus du monde entier dont Sidi Larbi Cherkaoui, pour embrasser une vision panoramique de son art.

samedi 09 juin 2018

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

lundi 11 juin 2018

  • 21h30 > Grand théâtre
  • ETIENNE DAHO - Calypso Valois

En 2014, son concert au Grand théâtre fut l’un des plus mémorables rendez-vous de nos Nuits. En 2018, c’est à Fourvière que Daho a choisi de lancer la tournée de son onzième album,Blitz. On peut déjà annoncer un coup d’éclat, électrique et flamboyant. Car celui qui, non sans ironie, se dépeint comme un“survivant, tout flingué”revient en fait en créateur fringant, régénéré, qui réinvente son élégancefrenchyen convoquant brumes psychédéliques et grands espaces sonores. Sublimant tout – coups durs, dangers, deuils–, Daho nous invite à“voyager léger”. Profession de foi d’un homme qui, sous sa carrure de parrain pop, transcrit désormais comme nul autre le bouleversant tremblé d’une vie. Et qui démontre aussi qu’il excelle dans l’art de boucler les boucles: en première partie, il a choisi de convier la prometteuse Calypso Valois, fille d’Elli et Jacno, qui furent ses premiers éveilleurs et protecteurs.

mardi 12 juin 2018

  • 20h30 > Maison de la Danse
  • Archipel Flamenco EL CALLEJÓN DE LOS PECADOS - Eduardo Guerrero

Il a dansé chez Rocío Molina avant de créer ses propres spectacles. AvecLas Minas,il avait rendu hommage aux chants du Levant du XIXesiècle, chants de labeur créés par les mineurs andalous.El Callejón de los pecados(L’allée des péchés) est inspiré d’une légende de Cadix, sa ville natale,la leyenda del callejón de duende.Au moment de l’invasion napoléonienne, un capitaine français tombe amoureux d’unegaditana(femme de Cadix) déjà promise. Ils sont sacrifiés et tués. Un matin, au lever du jour, leur ombre apparait dans la ruelle où ils se retrouvaient. Eduardo Guerrero s’empare de cette légende pour réanimer cet amour à grand renfort dezapatéado. Guerrero l’andalou, en prince du flamenco s’en va quérirle duende, ce point de rupture, ce moment de grâce où tous les risques sont pris pour transcender son art.

  • 21h00 > Grand théâtre
  • Date unique en France LCD SOUNDSYSTEM - Shit Robot DJ set

Février 2011: LCD Soundsystem est au sommet de son art et donne un concert titanesque au Madison Square Garden. C’est le moment que choisit James Murphy, son créateur, pour couper le sonets’octroyer six ans de sommeil.“J’ai juste choisi de vivre”, dit-il aujourd’hui. Un drôle d’oiseau que ce Murphy, indifférent au miroir aux alouettes du rock’n’roll lifestyle. Celui que Bowie pressentit pour la production de son album testament est d’abord un monstre d’exigence et de patience. Il a eu raison de nous faire languir: moulinant en finesse ses références (Velvet, Talking Heads, Eno, la new-wave…), sonAmerican Dream, sensation de la rentrée 2017, est l’envoûtante bande-son electro-rock de ce début de XXIesiècle. Entre ultra-moderne solitude et flambées hédonistes, montées de spleen et d’adrénaline, Murphy invite autant ses auditeurs à danser qu’à penser – et à panser leurs plaies. Fourvière sera l’unique escale française de LCD cet été: ne manquez pas le passage de cette étoile rare.

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

mercredi 13 juin 2018

  • 19h30 > Maison de la Danse
  • Archipel Flamenco EL CALLEJÓN DE LOS PECADOS - Eduardo Guerrero

Il a dansé chez Rocío Molina avant de créer ses propres spectacles. AvecLas Minas,il avait rendu hommage aux chants du Levant du XIXesiècle, chants de labeur créés par les mineurs andalous.El Callejón de los pecados(L’allée des péchés) est inspiré d’une légende de Cadix, sa ville natale,la leyenda del callejón de duende.Au moment de l’invasion napoléonienne, un capitaine français tombe amoureux d’unegaditana(femme de Cadix) déjà promise. Ils sont sacrifiés et tués. Un matin, au lever du jour, leur ombre apparait dans la ruelle où ils se retrouvaient. Eduardo Guerrero s’empare de cette légende pour réanimer cet amour à grand renfort dezapatéado. Guerrero l’andalou, en prince du flamenco s’en va quérirle duende, ce point de rupture, ce moment de grâce où tous les risques sont pris pour transcender son art.

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

  • 21h30 > Grand théâtre
  • PHOENIX - Giorgio Poi

Le quatuor versaillais sortait l’an dernier son sixième opusTi Amo, un excellent cru que l’on pourrait qualifier, si l’on osait le compliment, «d’album de l’immaturité». Un tour de force, après vingt ans d’une carrière applaudie dans le monde entier qui en aurait encouragé plus d’un à se prendre pour le pape de laFrench touch. Au contraire, Thomas Mars, Deck d’Arcy, Laurent Brancowitz et Christian Mazzalai ont puisé au plus profond de leur innocence les mélodies de ce vrai-faux voyage en Italie, imaginé depuis leur studio parisien de la Gaîté Lyrique. Unroad tripmusical entre amis de toujours, où la joie de jouer ensemble transpire à chaque virage tandis que l’Alfa Romeo décapotable trace sa route quelque part entre les grands lacs et la côte amalfitaine. La pop est naïve, chantée dans unitangleseà croquer; l’air est frais et le soleil n’en finit plus de se coucher. Armés de ce sommet de candeur, mêlé à quelques morceaux choisis dans les classiquesAlphabeticaletWolfgang Amadeus Phoenix, les quatre garçons dans le vent ont tout pour nous emporter.

jeudi 14 juin 2018

  • 20h30 > Patinoire Charlemagne
  • Première française LE PATIN LIBRE - Threshold (Seuil)

Des pirates sur glace inspirés du Grand Nord québécois. C’est ainsi qu’on aime à rêver cette bande des cinq (parce qu’à cinq on tient dans une voiture, sourient-ils!). En 2016, ils font sensation avecVertical Influences. La France (et Lyon en premier!) découvre alors une discipline artistique reliftée comme jamais. Exit les paillettes kitsch et les soirées de gala, place à la danse contemporaine sur glace. C’est ainsi queThresholds’inscrit dans cette continuité, alliant une virtuosité de patinage à une recherche exigeante sur le versant esthétique.ThresholdouSeuil,est né d’une réflexion sur le changement. Ce seuil qui sépare l’avant de l’après. Cette ligne de fracture, zone souvent brumeuse mais nécessaire qui accompagne le changement.Thresholdcommence en intensité, à grande vitesse, à l’endroit même où avait terminéVertical Influencesavant d’atteindre le seuil…

On utilise le vertige pour écrire notre poésie chorégraphique.

Les danseurs et les acrobates doivent tous marcher, courir, culbuter, sauter. Nous, nous pouvons filer à grande vitesse sans bouger du tout !

Durée :1h15 avec entracte

  • 21h30 > Grand théâtre
  • IAM SYMPHONIQUE - Avec l’orchestre du conservatoire à rayonnement régional

Orchestrations et direction : Christophe Julien

C’est un album qui, le jour même de sa sortie, le 18 mars 1997, est sacré disque d’or. Un classique instantané, entre écriture cinématographique et journalisme urbain – l’astre noir du hip-hop français… Oui,L’École du micro d’argentest un monument. Sauf que ses auteurs refusent de le figer dans la légende : pour son vingtième anniversaire, IAM, à l’automne dernier, l’a ainsi remodelé dans des shows hors norme de plus de deux heures. Et c’est aux Nuits que les Marseillais ont choisi de le présenter dans une version symphonique inédite, réalisée avec le CRR de Lyon et Christophe Julien, déjà auteur en 2008 des orchestrations de leur concert au pied des pyramides de Gizeh. De l’Egypte à Fourvière, d’une pierre antique à l’autre, c’est encore à une soirée intemporelle qu’IAM convie ses fans, avec une set-list démente oùNés sous la même étoile,Petit frèreouDemain, c’est loinse mêleront à des extraits des albums solos de Shurik’n, Kheops et Akhenaton ou à l’indémodableJe danse le Mia. On n’est pas sérieux quand on a 20 ans…

En partenariat avecle Conservatoire de Lyon

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

vendredi 15 juin 2018

  • 20h30 > Maison de la Danse
  • Archipel Flamenco DUNAS - María Pagés - Sidi Larbi Cherkaoui

Grand théâtre, 9 juillet 2010, 22h. La nuit vient tranquillement chasser le crépuscule. Deux grandes figures du flamenco et de la danse contemporaine entrent en scène. Elles se nomment María Pagés et Sidi Larbi Cherkaoui. Elle, des bras qui n’en finissent pas. Lui, une agilité délicate, infinie, indicible. Tous deux se projettent dans la chaleur de leurs déserts imaginaires, dans les dunes mouvantes portant les racines de la Flandre, de l’Espagne, de la musique flamenco, des chants arabes… 2251 âmes assistent à la première française deDunas.Un triomphe. Huit ans plus tard, aux prémices du façonnage de cet archipel Flamenco avec la Maison de la Danse,Dunasest apparu de manière immédiate comme premier legs d’un héritage. Celui d’une danse flamenca de notre temps.Dunasau souffle d’éternité revient en salle.

  • 20h30 > Patinoire Charlemagne
  • Première française LE PATIN LIBRE - Threshold (Seuil)

Des pirates sur glace inspirés du Grand Nord québécois. C’est ainsi qu’on aime à rêver cette bande des cinq (parce qu’à cinq on tient dans une voiture, sourient-ils!). En 2016, ils font sensation avecVertical Influences. La France (et Lyon en premier!) découvre alors une discipline artistique reliftée comme jamais. Exit les paillettes kitsch et les soirées de gala, place à la danse contemporaine sur glace. C’est ainsi queThresholds’inscrit dans cette continuité, alliant une virtuosité de patinage à une recherche exigeante sur le versant esthétique.ThresholdouSeuil,est né d’une réflexion sur le changement. Ce seuil qui sépare l’avant de l’après. Cette ligne de fracture, zone souvent brumeuse mais nécessaire qui accompagne le changement.Thresholdcommence en intensité, à grande vitesse, à l’endroit même où avait terminéVertical Influencesavant d’atteindre le seuil…

On utilise le vertige pour écrire notre poésie chorégraphique.

Les danseurs et les acrobates doivent tous marcher, courir, culbuter, sauter. Nous, nous pouvons filer à grande vitesse sans bouger du tout !

Durée :1h15 avec entracte

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

  • 21h30 > Grand théâtre
  • TEXAS - Hightre

Éternelle Sharleen Spiteri, éternels Texas ! L’envoûtante chanteuse écossaise et son groupe sont de retour avecJump on Board, un neuvième album studio dans la lignée de leurs meilleurs. Mais quel est le secret de cette pop magique ? D’abord, son irrévérence. Rock, folk, blues, disco… peu importe le flacon pourvu que Sharleen Spiteri y porte ses lèvres. La scène musicale de Glasgow, l’une des plus hétéroclites au monde, est sans doute pour beaucoup dans ce vœu d’éclectisme et de liberté. Il y a aussi, bien sûr, un sens inné de la mélodie accrocheuse, du refrain qui tue, doublé d’une émouvante sincérité dans l’écriture des textes. Enfin, un grain de folie, présent depuis le début. Qui a oublié ce riff de guitare joué au bottleneck sur l’intro de leur premier tubeI Don’t Want A Lover, ou une décennie plus tard, ces coups de cloche sur le refrain deSummer Son?SurJumponBoard, il y a des guitares funk, des nappes de cordes façon ABBA et même un sample du thème duBon, La Brute et le Truandd’Ennio Morricone. Douce et délicieuse folie…

samedi 16 juin 2018

  • 14h00 > Théâtre de la Renaissance
  • Première française JABBERWOCKY, LES PETITES GÉOMÉTRIES N°1 - The Old Trout Puppet Workshop, Juscomama
  • 19h00 > Théâtre de la Renaissance
  • Première française JABBERWOCKY, LES PETITES GÉOMÉTRIES N°1 - The Old Trout Puppet Workshop, Juscomama

Un livre pop-up créé en direct sous vos yeux.

Il y a bien longtemps, au cours d’une étrange nuit de solitude, Lewis Caroll fut pris d’une transe inhabituelle. Ses yeux se révulsèrent dans leurs orbites et sa main, comme possédée, gribouilla des phrases complexes formant une sorte d’incantation désespérée, écrite dans une langue oubliée et démoniaque : le poème fantastiqueJabberwocky. Ce poème raconte l’histoire d’un monstre et de son bourreau. Cette histoire se hurle dans des sermons et rythme l’inébranlable tic-tac de l’horloge, celui de notre imminent déclin, d’un triste présage :Hast thou slain the Jabberwock ? (“As-tu donc tué le Jabberwock ?”).C’est la question que posent les Old Trout Puppet dans leur proposition d’adaptation scénique de ces vers anciens et ésotériques. Ils créent un nouveau style de marionnettes inspiré des théâtres de papier en vogue à l’époque de Lewis Carroll à l’aide de décors et de marionnettes en 2D finement superposés.

LES PETITES GÉOMÉTRIES N°1
Juscomama

Pour nous permettre de pénétrer le grand monde de Lewis Caroll, deux filles portant des boîtes noires sur la tête, habillées de traits et d’expressions nous prendront par la main.Les Géométries du dialoguese mesureront à la complexité d’un tête-à-tête dans un échange animé donnant à voir mille facettes du dialogue et des relations humaines.

  • 19h30 > Grand théâtre
  • DOMINIQUE A, FEU! CHATTERTON - Malik Djoudi

Pour, une fois encore, conjurer la routine et élargir son horizon, Dominique A a choisi en 2018 une méthode originale: sortir non pas un, mais deux albums. Avant l’acoustique et solitaireLa Fragilité, prévu pour l’automne, c’estToute latitude, au son résolument plus électro-électrique et tendu, qu’il va présenter en groupe à Fourvière. Un rendez-vous rock dans lequel la vulnérabilité aura aussi son mot à dire…

Dans le single qui a précédéL’Oiseleur, le deuxième album de Feu! Chatterton, il est question d’un“pigeon moqueur”. Mais avec ses mélodies ailées, ses textes au lyrisme aérien et la voix surplombante de son chanteur Arthur Teboul, c’est à une hirondelle que le quintette fait penser. Une hirondelle qui, avec son art de décrire le monde sous un jour nouveau, confirme qu’elle fait le printemps de la chanson française.

En ouverture de soirée, Malik Djoudi, chant androgyne et textures électro, sera le premier à prendre son envol.

  • 20h30 > Patinoire Charlemagne
  • Première française LE PATIN LIBRE - Threshold (Seuil)

Des pirates sur glace inspirés du Grand Nord québécois. C’est ainsi qu’on aime à rêver cette bande des cinq (parce qu’à cinq on tient dans une voiture, sourient-ils!). En 2016, ils font sensation avecVertical Influences. La France (et Lyon en premier!) découvre alors une discipline artistique reliftée comme jamais. Exit les paillettes kitsch et les soirées de gala, place à la danse contemporaine sur glace. C’est ainsi queThresholds’inscrit dans cette continuité, alliant une virtuosité de patinage à une recherche exigeante sur le versant esthétique.ThresholdouSeuil,est né d’une réflexion sur le changement. Ce seuil qui sépare l’avant de l’après. Cette ligne de fracture, zone souvent brumeuse mais nécessaire qui accompagne le changement.Thresholdcommence en intensité, à grande vitesse, à l’endroit même où avait terminéVertical Influencesavant d’atteindre le seuil…

On utilise le vertige pour écrire notre poésie chorégraphique.

Les danseurs et les acrobates doivent tous marcher, courir, culbuter, sauter. Nous, nous pouvons filer à grande vitesse sans bouger du tout !

Durée :1h15 avec entracte

  • 20h30 > Maison de la Danse
  • Archipel Flamenco DUNAS - María Pagés - Sidi Larbi Cherkaoui

Grand théâtre, 9 juillet 2010, 22h. La nuit vient tranquillement chasser le crépuscule. Deux grandes figures du flamenco et de la danse contemporaine entrent en scène. Elles se nomment María Pagés et Sidi Larbi Cherkaoui. Elle, des bras qui n’en finissent pas. Lui, une agilité délicate, infinie, indicible. Tous deux se projettent dans la chaleur de leurs déserts imaginaires, dans les dunes mouvantes portant les racines de la Flandre, de l’Espagne, de la musique flamenco, des chants arabes… 2251 âmes assistent à la première française deDunas.Un triomphe. Huit ans plus tard, aux prémices du façonnage de cet archipel Flamenco avec la Maison de la Danse,Dunasest apparu de manière immédiate comme premier legs d’un héritage. Celui d’une danse flamenca de notre temps.Dunasau souffle d’éternité revient en salle.

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

dimanche 17 juin 2018

  • 19h00 > Théâtre de la Renaissance
  • Première française JABBERWOCKY, LES PETITES GÉOMÉTRIES N°1 - The Old Trout Puppet Workshop, Juscomama

Un livre pop-up créé en direct sous vos yeux.

Il y a bien longtemps, au cours d’une étrange nuit de solitude, Lewis Caroll fut pris d’une transe inhabituelle. Ses yeux se révulsèrent dans leurs orbites et sa main, comme possédée, gribouilla des phrases complexes formant une sorte d’incantation désespérée, écrite dans une langue oubliée et démoniaque : le poème fantastiqueJabberwocky. Ce poème raconte l’histoire d’un monstre et de son bourreau. Cette histoire se hurle dans des sermons et rythme l’inébranlable tic-tac de l’horloge, celui de notre imminent déclin, d’un triste présage :Hast thou slain the Jabberwock ? (“As-tu donc tué le Jabberwock ?”).C’est la question que posent les Old Trout Puppet dans leur proposition d’adaptation scénique de ces vers anciens et ésotériques. Ils créent un nouveau style de marionnettes inspiré des théâtres de papier en vogue à l’époque de Lewis Carroll à l’aide de décors et de marionnettes en 2D finement superposés.

LES PETITES GÉOMÉTRIES N°1
Juscomama

Pour nous permettre de pénétrer le grand monde de Lewis Caroll, deux filles portant des boîtes noires sur la tête, habillées de traits et d’expressions nous prendront par la main.Les Géométries du dialoguese mesureront à la complexité d’un tête-à-tête dans un échange animé donnant à voir mille facettes du dialogue et des relations humaines.

  • 20h00 > Odéon
  • HER

En une poignée de chansons entre soul, électro-pop et hip-hop, le duo fondé par Victor Solf et Simon Carpentier a bâti un univers singulier à l’irrésistible élégance minimaliste. Her, c’est «elle» en anglais. Une femme sans visage sur les pochettes de leurs disques, sans état civil dans les textes de leurs chansons. Un mirage, un fantasme, une utopie. De son anonymat, elle tire l’universalité – c’est pour eux un engagement, une façon de défendre l’idée d’une féminité complexe et multiple. Dans un décor de velours, les scènes se dessinent avec presque rien. Quelques notes de guitare, une basse suave, une caisse claire impeccable. Une leçon de groove et, surtout, un espace dans lequel le chant prend toute son ampleur. Le leur rappelle celui des plus grands, toutes époques confondues: Otis Redding, Sam Cooke, James Blake, Kendrick Lamar. En août dernier, Simon Carpentier est emporté par le cancer. Avec Victor, ils avaient décidé que le groupe lui survivrait. La promesse est tenue, la tournée maintenue, et un premier album est attendu le printemps. À la vie, à la mort, les deux frères d’armes vont encore parcourir un bout de chemin ensemble.

lundi 18 juin 2018

  • 20h30 > Patinoire Charlemagne
  • Première française LE PATIN LIBRE - Threshold (Seuil)

Des pirates sur glace inspirés du Grand Nord québécois. C’est ainsi qu’on aime à rêver cette bande des cinq (parce qu’à cinq on tient dans une voiture, sourient-ils!). En 2016, ils font sensation avecVertical Influences. La France (et Lyon en premier!) découvre alors une discipline artistique reliftée comme jamais. Exit les paillettes kitsch et les soirées de gala, place à la danse contemporaine sur glace. C’est ainsi queThresholds’inscrit dans cette continuité, alliant une virtuosité de patinage à une recherche exigeante sur le versant esthétique.ThresholdouSeuil,est né d’une réflexion sur le changement. Ce seuil qui sépare l’avant de l’après. Cette ligne de fracture, zone souvent brumeuse mais nécessaire qui accompagne le changement.Thresholdcommence en intensité, à grande vitesse, à l’endroit même où avait terminéVertical Influencesavant d’atteindre le seuil…

On utilise le vertige pour écrire notre poésie chorégraphique.

Les danseurs et les acrobates doivent tous marcher, courir, culbuter, sauter. Nous, nous pouvons filer à grande vitesse sans bouger du tout !

Durée :1h15 avec entracte

  • 21h30 > Grand théâtre
  • Archipel flamenco, première française - MARÍA PAGÉS - Una Oda Al Tiempo

C’est en fidèle que María Pagés revient aux Nuits présenter son ode au temps. Cette toute dernière création est le fruit de nombreuses années de travail et de recherche inspirées par les réflexions de Platon, Marguerite Yourcenar, Jorge Luis Borges, John Cage, Octavio Paz, Heidegger, Marcel Duchamp… Un temps suspendu, ancré dans une pleine maturité esthétique, humaine, intellectuelle. La grande dame sévillane poursuit son dialogue avec la mémoire de la danse flamenca pour réinventer son art, revenir sans cesse y puiser sa substance, l’invoquer, le chérir autant que le bousculer. Accompagnée de 8 danseurs et danseuses et 7 musiciens,Una oda al Tiempo,passerelle et abîme temporelles, révèle les tensions qui nourrissent l’existence des êtres.

Elle danse et en dansant, elle met en mouvement tout ce qui l’entoure. Quand María Pagés a dansé, plus rien n’est pareil, ni l’Air ni la Terre.

José Saramago

mardi 19 juin 2018

  • 19h00 > Théâtre de la Renaissance
  • Première française JABBERWOCKY, LES PETITES GÉOMÉTRIES N°1 - The Old Trout Puppet Workshop, Juscomama

Un livre pop-up créé en direct sous vos yeux.

Il y a bien longtemps, au cours d’une étrange nuit de solitude, Lewis Caroll fut pris d’une transe inhabituelle. Ses yeux se révulsèrent dans leurs orbites et sa main, comme possédée, gribouilla des phrases complexes formant une sorte d’incantation désespérée, écrite dans une langue oubliée et démoniaque : le poème fantastiqueJabberwocky. Ce poème raconte l’histoire d’un monstre et de son bourreau. Cette histoire se hurle dans des sermons et rythme l’inébranlable tic-tac de l’horloge, celui de notre imminent déclin, d’un triste présage :Hast thou slain the Jabberwock ? (“As-tu donc tué le Jabberwock ?”).C’est la question que posent les Old Trout Puppet dans leur proposition d’adaptation scénique de ces vers anciens et ésotériques. Ils créent un nouveau style de marionnettes inspiré des théâtres de papier en vogue à l’époque de Lewis Carroll à l’aide de décors et de marionnettes en 2D finement superposés.

LES PETITES GÉOMÉTRIES N°1
Juscomama

Pour nous permettre de pénétrer le grand monde de Lewis Caroll, deux filles portant des boîtes noires sur la tête, habillées de traits et d’expressions nous prendront par la main.Les Géométries du dialoguese mesureront à la complexité d’un tête-à-tête dans un échange animé donnant à voir mille facettes du dialogue et des relations humaines.

  • 20h30 > Patinoire Charlemagne
  • Première française LE PATIN LIBRE - Threshold (Seuil)

Des pirates sur glace inspirés du Grand Nord québécois. C’est ainsi qu’on aime à rêver cette bande des cinq (parce qu’à cinq on tient dans une voiture, sourient-ils!). En 2016, ils font sensation avecVertical Influences. La France (et Lyon en premier!) découvre alors une discipline artistique reliftée comme jamais. Exit les paillettes kitsch et les soirées de gala, place à la danse contemporaine sur glace. C’est ainsi queThresholds’inscrit dans cette continuité, alliant une virtuosité de patinage à une recherche exigeante sur le versant esthétique.ThresholdouSeuil,est né d’une réflexion sur le changement. Ce seuil qui sépare l’avant de l’après. Cette ligne de fracture, zone souvent brumeuse mais nécessaire qui accompagne le changement.Thresholdcommence en intensité, à grande vitesse, à l’endroit même où avait terminéVertical Influencesavant d’atteindre le seuil…

On utilise le vertige pour écrire notre poésie chorégraphique.

Les danseurs et les acrobates doivent tous marcher, courir, culbuter, sauter. Nous, nous pouvons filer à grande vitesse sans bouger du tout !

Durée :1h15 avec entracte

  • 21h30 > Grand théâtre
  • Archipel flamenco, première française - MARÍA PAGÉS - Una Oda Al Tiempo

C’est en fidèle que María Pagés revient aux Nuits présenter son ode au temps. Cette toute dernière création est le fruit de nombreuses années de travail et de recherche inspirées par les réflexions de Platon, Marguerite Yourcenar, Jorge Luis Borges, John Cage, Octavio Paz, Heidegger, Marcel Duchamp… Un temps suspendu, ancré dans une pleine maturité esthétique, humaine, intellectuelle. La grande dame sévillane poursuit son dialogue avec la mémoire de la danse flamenca pour réinventer son art, revenir sans cesse y puiser sa substance, l’invoquer, le chérir autant que le bousculer. Accompagnée de 8 danseurs et danseuses et 7 musiciens,Una oda al Tiempo,passerelle et abîme temporelles, révèle les tensions qui nourrissent l’existence des êtres.

Elle danse et en dansant, elle met en mouvement tout ce qui l’entoure. Quand María Pagés a dansé, plus rien n’est pareil, ni l’Air ni la Terre.

José Saramago

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

mercredi 20 juin 2018

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

  • 21h30 > Grand théâtre
  • JULIETTE ARMANET - Moodoid

Elle est l’auteure del’Indien, un des tubes de l’année 2017 qui lui a valu d’élogieuses – mais trompeuses – comparaisons avec plusieurs illustres prédécesseurs: Véronique Sanson, William Sheller ou encore Michel Berger. Ceux qui ont écouté l’intégralité de son joli premier albumPetite Amie, savent que Juliette Armanet est bien plus qu’une pasticheuse des grandes heures de la variété chic à la française. Elle est une relève et même un chaînon manquant. Un pont transatlantique entre Laurent Voulzy et Stevie Wonder à l’aller, Carole King et Christophe au retour. Ça, la Nordiste au port altier est trop humble pour le dire ainsi. Mais, vous aussi peut-être l’avez remarqué, «il y a comme un manque d’amour» en ce bas monde et il faut bien quelqu’un pour le combler. Qui mieux que cet OVNI, mi Wonder Woman, mi crooner de piano-bar, pour soulager notre vague à l’âme?

jeudi 21 juin 2018

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

vendredi 22 juin 2018

  • 20h00 > Grand théâtre
  • NUIT TONY GATLIF - Tony Gatlif, Aman Doktor, DJAM

Aux Nuits, on aime Tony Gatlif et on aime le rébétiko. En témoignent deux créations originales,Vertiges(2007) etDjango Drom(2010), affichées avec le premier, et un programme complet dédié au second,Les Nuits grecques. Alors c’est peu dire que l’un et l’autre mêlés nous ont enchantés. Le rébétiko, ce blues qui puise ses racines chez les exilés dans les communautés grecques de Turquie, a porté le cœur et l’esprit de Gatlif à la réalisation de son dernier long métrageDjam.Serti d’une bande originale impeccable et incarné par le souffle de la chanteuse et actrice Daphné Patakia,Djamraconte l’exil.«Le rébétiko, c’est une musique de mal aimés, une musique qui respecte la misère»répète Gatlif qui n’a cessé de s’imposer comme cinéaste porte-parole des peuples nomades.

  • 20h00 > Ensatt
  • FRANKENSTEIN - Jan Christoph Gockel, Mary Shelley

D’après Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley

Frankenstein n’est pas un monstre issu de l’imagination fantasque de Mary Shelley, mais en réalité, le nom du savant fou (Victor Frankenstein) qui, dans la solitude de son laboratoire, recueille des fragments hétéroclites de squelettes et de cadavres pour les assembler, les faire revivre et créer ainsi un nouvel être composite et artificiel. Frankenstein est un Prométhée moderne, abandonné par son maître, livré à sa solitude, une figure allégorique de la souffrance engendrée par la vanité humaine. Un titan métamorphosé en mortel enivré par la science au point de croire à sa propre immortalité. Jan Christoph Gockel, metteur en scène allemand, et Michael Pietsch, son partenaire scénique de longue date, manipulateur et facteur de marionnettes, ont imaginé de transformer la scène en laboratoire, et de composer un monstre gigantesque d’une autre nature, composé d’objets de récupération qui tous ont une histoire de vie, celle des gens auxquels ils ont appartenu. Première pièce de ce mécano ludique autant qu’étrange : la montre en or héritée d’une grand-mère centenaire. Mais qu’en faire : un œil ? une dent en or ?...

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

samedi 23 juin 2018

  • 20h00 > Ensatt
  • FRANKENSTEIN - Jan Christoph Gockel, Mary Shelley

D’après Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley

Frankenstein n’est pas un monstre issu de l’imagination fantasque de Mary Shelley, mais en réalité, le nom du savant fou (Victor Frankenstein) qui, dans la solitude de son laboratoire, recueille des fragments hétéroclites de squelettes et de cadavres pour les assembler, les faire revivre et créer ainsi un nouvel être composite et artificiel. Frankenstein est un Prométhée moderne, abandonné par son maître, livré à sa solitude, une figure allégorique de la souffrance engendrée par la vanité humaine. Un titan métamorphosé en mortel enivré par la science au point de croire à sa propre immortalité. Jan Christoph Gockel, metteur en scène allemand, et Michael Pietsch, son partenaire scénique de longue date, manipulateur et facteur de marionnettes, ont imaginé de transformer la scène en laboratoire, et de composer un monstre gigantesque d’une autre nature, composé d’objets de récupération qui tous ont une histoire de vie, celle des gens auxquels ils ont appartenu. Première pièce de ce mécano ludique autant qu’étrange : la montre en or héritée d’une grand-mère centenaire. Mais qu’en faire : un œil ? une dent en or ?...

  • 21h30 > Odéon
  • Archipel Flamenco - MIGUEL POVEDA

En 1993, un inconnu de 20 ans se présente aux sélections du prestigieux Festival de flamenco de La Unión. Il est barcelonais, il a grandi dans une famille sans pedigree musical ni ascendance andalouse: il a tout contre lui. Sauf que, depuis l’enfance, il a le don de terrasser le doute et l’adversité. Alors, en quelques vocalises, il plie tranquillement l’affaire; et repart du concours avec quatre prix. Miguel Poveda a 20 ans, et il n’a déjà plus à se soucier de sa légende: la voilà écrite. Il va désormais pouvoir se consacrer à l’essentiel: déployer son chant acéré en se moquant des conservatismes comme des modes, en tisonnant les feux ducante jondocomme en se hissant au sommet des charts espagnols, en fricotant avec un orchestre ou avec des figures du qawwali pakistanais comme en s’invitant dans lesÉtreintes briséesd’Almodóvar. Gamin, Poveda a forgé son chant en écoutant dans sa chambre les grandes voix du passé. À 45 ans, il n’a rien perdu de ce lien intime avec le flamenco: il est de ces êtres rares qui, dans la magie de l’instant, savent lui donner tous les éclats d’un art remonté de la nuit des temps.

  • 21h30 > Halle Debourg
  • LES NAUFRAGÉS - Emmanuel Meirieu, Patrick Declerck, François Cottrelle

d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck

Depuis près de dix ans, Emmanuel Meirieu porte des romans à la scène, et toujours sous la forme de témoignages. Face au public, au micro et seuls en scène, des êtres viennent se raconter, brisés, viscéralement humains. La première création éclatante de cette forme de théâtre intime est née sous le ciel de Fourvière, dans un Odéon au sol couvert de neige. C’était en 2010, il avait adapté le roman de Russell Banks,De beaux lendemains. C’est donc avec une émotion toute particulière et un grand enthousiasme que nous avons accueilli la proposition de Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon, de les accompagner sur cette création Hors les Murs. Avec l’adaptation du Best-Seller de Patrick Declerck,Les Naufragés, il nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents.

Il faudra ouvrir les yeux et ne pas détourner son regard sur la démarche courageuse, réparatrice, presque élégiaque de ces trois hommes — Declerck, Cottrelle, Meirieu — en quête de rédemption pour les damnés de la rue.
Françoise Monnet, Le Progrès

Il tranche, décidément, dans le paysage français, par sa conviction et sa foi.
Son crédo : faire passer le théâtre " à travers les larmes "

Fabienne Darge, Le Monde

LesNaufragés, avec les clochards de Parisde Patrick Declerck
Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre. Et chercher sa dépouille.

J’ai voulu pour ces hommes fracassés,
sans paroles, sans histoires, sans traces,
ériger une sorte de monument.

Un mémorial qui leur ressemble un peu.
Un peu de travers donc.
D’un goût douteux parfois.
Quelques pierres sans plus.
Presque ruines...
Patrick Declerck

Rencontre avec Emmanuel Meirieu et Patrick Declerck
Mardi 5 et mercredi 6 juin à l’issue de la représentation

dimanche 24 juin 2018

  • 20h00 > Ensatt
  • FRANKENSTEIN - Jan Christoph Gockel, Mary Shelley

D’après Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley

Frankenstein n’est pas un monstre issu de l’imagination fantasque de Mary Shelley, mais en réalité, le nom du savant fou (Victor Frankenstein) qui, dans la solitude de son laboratoire, recueille des fragments hétéroclites de squelettes et de cadavres pour les assembler, les faire revivre et créer ainsi un nouvel être composite et artificiel. Frankenstein est un Prométhée moderne, abandonné par son maître, livré à sa solitude, une figure allégorique de la souffrance engendrée par la vanité humaine. Un titan métamorphosé en mortel enivré par la science au point de croire à sa propre immortalité. Jan Christoph Gockel, metteur en scène allemand, et Michael Pietsch, son partenaire scénique de longue date, manipulateur et facteur de marionnettes, ont imaginé de transformer la scène en laboratoire, et de composer un monstre gigantesque d’une autre nature, composé d’objets de récupération qui tous ont une histoire de vie, celle des gens auxquels ils ont appartenu. Première pièce de ce mécano ludique autant qu’étrange : la montre en or héritée d’une grand-mère centenaire. Mais qu’en faire : un œil ? une dent en or ?...

  • 20h30 > Odéon
  • HOMMAGE A NOUGARO - Babx, De Pourquery, Minvielle

Voilà 13 ans déjà que Claude Nougaro est parti“saluer le mystère”, comme il le chantait dansIl faut tourner la page. Mais le Toulousain renaît, et même se réinvente, à chaque fois que ce trio d’électrons libres décide de se réunir et de lui faire sa fête. Une fête pleine de mots, de sons et de rythmes mêlés, cela va de soi. Chez le “vocalchimiste” André Minvielle, de retour à Fourvière, l’élégant Babx et le souffleur fou Thomas de Pourquery, la passion pour Nougaro n’a rien de compassé. Avec eux, le passé se recompose, les standards se redécouvrent une éternelle jeunesse, tissée au fil de l’impro, de la rêverie, de la fantaisie… Ne manquez pas ce concert: car ces trois-là, aux vies d’artiste fort bien remplies, n’ont que peu d’occasions de faire les larrons. C’est donc à double titre que leur spectacle a la saveur à la fois douce et intense des retrouvailles. Il a la beauté d’un rendez-vous rare entre amis; et il nous ramène avec une infinie tendresse dans les bras de la chanson si présente, de la chanson toujours vivante du grand Claude.

lundi 25 juin 2018

  • 20h00 > Ensatt - Théâtre Terzieff
  • LE CHEMIN DE FORTUNE & LE LEGS - Marviaux, Jean-Pierre Vincent

Avec la 77e promotion Joël Pommerat

Nous n’aurons pas la grossièreté d’enrôler Marivaux dans on ne sait quelle croisade contre l’Argent Roi. Mais enfin, Roi, il l’est souvent. La Finance a émergé de façon très visible, très publique, durant les années 1720: les banquiers du Régent, la banqueroute de Law, les surintendants des Finances (c’est-à-dire, la privatisation de la «récolte» des impôts)…

Marivaux ne traite pas son apologue avec plus de sérieux qu’il n’en faut, mais plutôt avec une insouciante fantaisie. Marivaux était un homme de son temps, de tout son temps, rien que de son temps: un spectateur universel décortiquant vie intime et séduction, serviteurs et maîtres, utopies, contes à dormir debout… et histoires de sous, d’héritages, etc…

  • 20h30 > Odéon
  • MARQUIS DE SADE - Fabio Viscolgliosi

Étienne Daho, Dominique A, Yann Tiersen, Bertrand Belin… Ce 16 septembre 2017, il y a du beau monde dans la salle rennaise du Liberté, qui fête le retour d’un groupe majeur du rock hexagonal. Trente-six ans après s’être sabordé, Marquis de Sade reparaît comme à ses grandes heures. Fougue, sécheresse, lyrisme déchiré: tout est là, intact, devant 3000 personnes qui exultent. Juste retour des choses… Car Marquis de Sade, c’est un peu le Velvet Underground à la française. Un parcours fulgurant (deux albums) salué par la critique, des ventes mesurées, mais une aura immense, déclenchant des vocations dans tout le pays. En 2018, il y a encore de quoi être renversé par la classe folle de ce rock qui, en se hissant à l’égal du post-punk anglais, du Berlin de Bowie et Eno ou du New York des Talking Heads, présente un bouquet de références d’une troublante actualité.

En ouverture de soirée, un autre enfant affranchi du post-punk: le Lyonnais multicartes Fabio Viscogliosi (il est aussi artiste, dessinateur, écrivain) présente les chansons d’un troisième album annoncé pour l’automne.

mardi 26 juin 2018

  • 18h30 > Lycée Saint - Just
  • Première française L’AMI COMMUN - Comp. Marius

D’après Charles Dickens

Après leur exploration du répertoire français (Pagnol et Beaumarchais), c’est du côté de la société anglaise de la fin du 19èmeà travers l’acuité perçante de Charles Dickens, que Waas Gramser et Kris Van Trier (Comp. Marius) ont orienté leur regard.L’Ami communcommence au bord d’une Tamise qui charrie des cadavres. De là naît un passionnantwhodunit, doublé d’une histoire d’amour, où les intrigues qui se nouent autour de personnages excentriques finissent par s’enchevêtrer. Six acteurs interprètent une trentaine de personnages de l’upperet de lalowerclass. Comme toujours, le spectacle intègre des pauses gourmandes à chaque entracte et l’on se laisse porter de bout en bout tant par l’atmosphère fantastique du récit que par sa cinglante véracité face aux périls montants d’une société noyée par sa cupidité.

  • 20h00 > Ensatt - Théâtre Terzieff
  • LE CHEMIN DE FORTUNE & LE LEGS - Marviaux, Jean-Pierre Vincent

Avec la 77e promotion Joël Pommerat

Nous n’aurons pas la grossièreté d’enrôler Marivaux dans on ne sait quelle croisade contre l’Argent Roi. Mais enfin, Roi, il l’est souvent. La Finance a émergé de façon très visible, très publique, durant les années 1720: les banquiers du Régent, la banqueroute de Law, les surintendants des Finances (c’est-à-dire, la privatisation de la «récolte» des impôts)…

Marivaux ne traite pas son apologue avec plus de sérieux qu’il n’en faut, mais plutôt avec une insouciante fantaisie. Marivaux était un homme de son temps, de tout son temps, rien que de son temps: un spectateur universel décortiquant vie intime et séduction, serviteurs et maîtres, utopies, contes à dormir debout… et histoires de sous, d’héritages, etc…

mercredi 27 juin 2018

  • 18h30 > Lycée Saint - Just
  • Première française L’AMI COMMUN - Comp. Marius

D’après Charles Dickens

Après leur exploration du répertoire français (Pagnol et Beaumarchais), c’est du côté de la société anglaise de la fin du 19èmeà travers l’acuité perçante de Charles Dickens, que Waas Gramser et Kris Van Trier (Comp. Marius) ont orienté leur regard.L’Ami communcommence au bord d’une Tamise qui charrie des cadavres. De là naît un passionnantwhodunit, doublé d’une histoire d’amour, où les intrigues qui se nouent autour de personnages excentriques finissent par s’enchevêtrer. Six acteurs interprètent une trentaine de personnages de l’upperet de lalowerclass. Comme toujours, le spectacle intègre des pauses gourmandes à chaque entracte et l’on se laisse porter de bout en bout tant par l’atmosphère fantastique du récit que par sa cinglante véracité face aux périls montants d’une société noyée par sa cupidité.

  • 20h00 > Ensatt - Théâtre Terzieff
  • LE CHEMIN DE FORTUNE & LE LEGS - Marviaux, Jean-Pierre Vincent

Avec la 77e promotion Joël Pommerat

Nous n’aurons pas la grossièreté d’enrôler Marivaux dans on ne sait quelle croisade contre l’Argent Roi. Mais enfin, Roi, il l’est souvent. La Finance a émergé de façon très visible, très publique, durant les années 1720: les banquiers du Régent, la banqueroute de Law, les surintendants des Finances (c’est-à-dire, la privatisation de la «récolte» des impôts)…

Marivaux ne traite pas son apologue avec plus de sérieux qu’il n’en faut, mais plutôt avec une insouciante fantaisie. Marivaux était un homme de son temps, de tout son temps, rien que de son temps: un spectateur universel décortiquant vie intime et séduction, serviteurs et maîtres, utopies, contes à dormir debout… et histoires de sous, d’héritages, etc…

  • 20h30 > Domaine de Lacroix-Laval
  • CIRQUE AÏTAL - Saison de Cirque

La dernière fois, ça s’appelaitPour le meilleur et pour le pire.Lui, un géant au cœur tendre, elle, une poupée voltigeuse, offraient leur rencontre et leur histoire d’amour au public avec une délicatesse infernale. Quelques années et deux enfants plus tard, ils continuent de parler d’eux, sans en avoir l’air. De leur vie. Cette vie d’artiste si particulière, de leur émotion toujours plus grande face à ce choix résolu, de la rencontre avec d’autres artistes, de ce métier qu’ils ont choisi. Ils ne seront plus seulement deux, car ils ont rassemblé des interprètes et musiciens avec qui ils voulaient travailler, des artistes de cirque qui les touchent. Ils ne seront plus deux car ils ont fondé leur famille. Il y aura des chevaux aussi. Il y aura tout ce qui permettra de raconter ce monde du cirque, ces familles d’artistes qui demeurent si présentes dans l’imaginaire collectif. Et ils s’en iront cueillir l’humanité comme on cueille des fleurs. Pour égayer la vie du soir au matin, et pour respirer leur parfum, au gré des saisons, leur(s)Saison(s) de cirque.

jeudi 28 juin 2018

  • 14h30 > Ensatt - Théâtre Terzieff
  • LE CHEMIN DE FORTUNE & LE LEGS - Marviaux, Jean-Pierre Vincent

Avec la 77e promotion Joël Pommerat

Nous n’aurons pas la grossièreté d’enrôler Marivaux dans on ne sait quelle croisade contre l’Argent Roi. Mais enfin, Roi, il l’est souvent. La Finance a émergé de façon très visible, très publique, durant les années 1720: les banquiers du Régent, la banqueroute de Law, les surintendants des Finances (c’est-à-dire, la privatisation de la «récolte» des impôts)…

Marivaux ne traite pas son apologue avec plus de sérieux qu’il n’en faut, mais plutôt avec une insouciante fantaisie. Marivaux était un homme de son temps, de tout son temps, rien que de son temps: un spectateur universel décortiquant vie intime et séduction, serviteurs et maîtres, utopies, contes à dormir debout… et histoires de sous, d’héritages, etc…

  • 18h30 > Lycée Saint - Just
  • Première française L’AMI COMMUN - Comp. Marius

D’après Charles Dickens

Après leur exploration du répertoire français (Pagnol et Beaumarchais), c’est du côté de la société anglaise de la fin du 19èmeà travers l’acuité perçante de Charles Dickens, que Waas Gramser et Kris Van Trier (Comp. Marius) ont orienté leur regard.L’Ami communcommence au bord d’une Tamise qui charrie des cadavres. De là naît un passionnantwhodunit, doublé d’une histoire d’amour, où les intrigues qui se nouent autour de personnages excentriques finissent par s’enchevêtrer. Six acteurs interprètent une trentaine de personnages de l’upperet de lalowerclass. Comme toujours, le spectacle intègre des pauses gourmandes à chaque entracte et l’on se laisse porter de bout en bout tant par l’atmosphère fantastique du récit que par sa cinglante véracité face aux périls montants d’une société noyée par sa cupidité.

  • 20h00 > Ensatt - Théâtre Terzieff
  • LE CHEMIN DE FORTUNE & LE LEGS - Marviaux, Jean-Pierre Vincent

Avec la 77e promotion Joël Pommerat

Nous n’aurons pas la grossièreté d’enrôler Marivaux dans on ne sait quelle croisade contre l’Argent Roi. Mais enfin, Roi, il l’est souvent. La Finance a émergé de façon très visible, très publique, durant les années 1720: les banquiers du Régent, la banqueroute de Law, les surintendants des Finances (c’est-à-dire, la privatisation de la «récolte» des impôts)…

Marivaux ne traite pas son apologue avec plus de sérieux qu’il n’en faut, mais plutôt avec une insouciante fantaisie. Marivaux était un homme de son temps, de tout son temps, rien que de son temps: un spectateur universel décortiquant vie intime et séduction, serviteurs et maîtres, utopies, contes à dormir debout… et histoires de sous, d’héritages, etc…

  • 20h30 > Domaine de Lacroix-Laval
  • CIRQUE AÏTAL - Saison de Cirque

La dernière fois, ça s’appelaitPour le meilleur et pour le pire.Lui, un géant au cœur tendre, elle, une poupée voltigeuse, offraient leur rencontre et leur histoire d’amour au public avec une délicatesse infernale. Quelques années et deux enfants plus tard, ils continuent de parler d’eux, sans en avoir l’air. De leur vie. Cette vie d’artiste si particulière, de leur émotion toujours plus grande face à ce choix résolu, de la rencontre avec d’autres artistes, de ce métier qu’ils ont choisi. Ils ne seront plus seulement deux, car ils ont rassemblé des interprètes et musiciens avec qui ils voulaient travailler, des artistes de cirque qui les touchent. Ils ne seront plus deux car ils ont fondé leur famille. Il y aura des chevaux aussi. Il y aura tout ce qui permettra de raconter ce monde du cirque, ces familles d’artistes qui demeurent si présentes dans l’imaginaire collectif. Et ils s’en iront cueillir l’humanité comme on cueille des fleurs. Pour égayer la vie du soir au matin, et pour respirer leur parfum, au gré des saisons, leur(s)Saison(s) de cirque.

  • 21h30 > Grand théâtre
  • Création LE SACRE DU PRINTEMPS - Circa et l’Orchestre National de Lyon


LE SACRE DU PRINTEMPS,
Igor Stravinsky
LES NUITS D’ETE, Hector Berlioz
LE TOMBEAU DE COUPERIN, Maurice Ravel

CIRCA avec l’Orchestre national de Lyon
Direction artistique Yaron Lifschitz

NotreSacre du Printempsest porté par l’énergie primitive de la musique de Stravinsky - 35 minutes de corps tout en ricochets et cascades s’entremêlant au rituel palpitant invoqué par la partition tribale du compositeur.

La musique fut d’abord écrite pour ballet et son adaptation pour un spectacle de cirque est une première. Cette transposition apporte quelque chose en plus - une présence physique exacerbée, une authenticité organique et sauvage. Nos acrobates, si intensément engagés dans leurs mouvements, se produisent à chaque fois comme si c’était leur ultime représentation. Pour le dire simplement, ils souffrent d’abord pour votre plaisir.

Nous avons tendance à nous considérer comme une culture civilisée maisLe Sacre du Printempsnous prouve que nous sommes bien plus primaires que nous voudrions le croire. Les forces de la nature nous traversent, nous façonnent et nous connectent les uns aux autres pour constituer l’espèce que nous sommes.

La première partie du programme est comme un contrepoint à cela– deux chefs-d’œuvre de l’exquise culture française. Tout d’abord, au crépuscule tombant,Le Tombeau de Couperinde Ravel apparaît comme une ode élégante, ludique et tendre à la mémoire des amis et de la jeunesse perdus. Ensuite, la splendeur rhapsodique desNuits d’étéde Berlioz mêle la noirceur de la perte aux passions exubérantes, celles des parfums enivrants d’une nuit estivale. C’est une musique magnifique qui se prête à la sensualité, au raffinement et à quelques-unes des plus belles formes de notre lexique circassien.

Jouer ces trois pièces en un seul programme, en extérieur, et accompagné par un orchestre, c’est en soi un rêve enchanteur - un rêve que je suis impatient de partager.

Yaron Lifschitz

vendredi 29 juin 2018

  • 18h30 > Lycée Saint - Just
  • Première française L’AMI COMMUN - Comp. Marius

D’après Charles Dickens

Après leur exploration du répertoire français (Pagnol et Beaumarchais), c’est du côté de la société anglaise de la fin du 19èmeà travers l’acuité perçante de Charles Dickens, que Waas Gramser et Kris Van Trier (Comp. Marius) ont orienté leur regard.L’Ami communcommence au bord d’une Tamise qui charrie des cadavres. De là naît un passionnantwhodunit, doublé d’une histoire d’amour, où les intrigues qui se nouent autour de personnages excentriques finissent par s’enchevêtrer. Six acteurs interprètent une trentaine de personnages de l’upperet de lalowerclass. Comme toujours, le spectacle intègre des pauses gourmandes à chaque entracte et l’on se laisse porter de bout en bout tant par l’atmosphère fantastique du récit que par sa cinglante véracité face aux périls montants d’une société noyée par sa cupidité.

  • 20h00 > Ensatt - Théâtre Terzieff
  • LE CHEMIN DE FORTUNE & LE LEGS - Marviaux, Jean-Pierre Vincent

Avec la 77e promotion Joël Pommerat

Nous n’aurons pas la grossièreté d’enrôler Marivaux dans on ne sait quelle croisade contre l’Argent Roi. Mais enfin, Roi, il l’est souvent. La Finance a émergé de façon très visible, très publique, durant les années 1720: les banquiers du Régent, la banqueroute de Law, les surintendants des Finances (c’est-à-dire, la privatisation de la «récolte» des impôts)…

Marivaux ne traite pas son apologue avec plus de sérieux qu’il n’en faut, mais plutôt avec une insouciante fantaisie. Marivaux était un homme de son temps, de tout son temps, rien que de son temps: un spectateur universel décortiquant vie intime et séduction, serviteurs et maîtres, utopies, contes à dormir debout… et histoires de sous, d’héritages, etc…

  • 20h30 > Domaine de Lacroix-Laval
  • CIRQUE AÏTAL - Saison de Cirque

La dernière fois, ça s’appelaitPour le meilleur et pour le pire.Lui, un géant au cœur tendre, elle, une poupée voltigeuse, offraient leur rencontre et leur histoire d’amour au public avec une délicatesse infernale. Quelques années et deux enfants plus tard, ils continuent de parler d’eux, sans en avoir l’air. De leur vie. Cette vie d’artiste si particulière, de leur émotion toujours plus grande face à ce choix résolu, de la rencontre avec d’autres artistes, de ce métier qu’ils ont choisi. Ils ne seront plus seulement deux, car ils ont rassemblé des interprètes et musiciens avec qui ils voulaient travailler, des artistes de cirque qui les touchent. Ils ne seront plus deux car ils ont fondé leur famille. Il y aura des chevaux aussi. Il y aura tout ce qui permettra de raconter ce monde du cirque, ces familles d’artistes qui demeurent si présentes dans l’imaginaire collectif. Et ils s’en iront cueillir l’humanité comme on cueille des fleurs. Pour égayer la vie du soir au matin, et pour respirer leur parfum, au gré des saisons, leur(s)Saison(s) de cirque.

  • 21h30 > Grand théâtre
  • Création LE SACRE DU PRINTEMPS - Circa et l’Orchestre National de Lyon


LE SACRE DU PRINTEMPS,
Igor Stravinsky
LES NUITS D’ETE, Hector Berlioz
LE TOMBEAU DE COUPERIN, Maurice Ravel

CIRCA avec l’Orchestre national de Lyon
Direction artistique Yaron Lifschitz

NotreSacre du Printempsest porté par l’énergie primitive de la musique de Stravinsky - 35 minutes de corps tout en ricochets et cascades s’entremêlant au rituel palpitant invoqué par la partition tribale du compositeur.

La musique fut d’abord écrite pour ballet et son adaptation pour un spectacle de cirque est une première. Cette transposition apporte quelque chose en plus - une présence physique exacerbée, une authenticité organique et sauvage. Nos acrobates, si intensément engagés dans leurs mouvements, se produisent à chaque fois comme si c’était leur ultime représentation. Pour le dire simplement, ils souffrent d’abord pour votre plaisir.

Nous avons tendance à nous considérer comme une culture civilisée maisLe Sacre du Printempsnous prouve que nous sommes bien plus primaires que nous voudrions le croire. Les forces de la nature nous traversent, nous façonnent et nous connectent les uns aux autres pour constituer l’espèce que nous sommes.

La première partie du programme est comme un contrepoint à cela– deux chefs-d’œuvre de l’exquise culture française. Tout d’abord, au crépuscule tombant,Le Tombeau de Couperinde Ravel apparaît comme une ode élégante, ludique et tendre à la mémoire des amis et de la jeunesse perdus. Ensuite, la splendeur rhapsodique desNuits d’étéde Berlioz mêle la noirceur de la perte aux passions exubérantes, celles des parfums enivrants d’une nuit estivale. C’est une musique magnifique qui se prête à la sensualité, au raffinement et à quelques-unes des plus belles formes de notre lexique circassien.

Jouer ces trois pièces en un seul programme, en extérieur, et accompagné par un orchestre, c’est en soi un rêve enchanteur - un rêve que je suis impatient de partager.

Yaron Lifschitz

samedi 30 juin 2018

  • 18h30 > Lycée Saint - Just
  • Première française L’AMI COMMUN - Comp. Marius

D’après Charles Dickens

Après leur exploration du répertoire français (Pagnol et Beaumarchais), c’est du côté de la société anglaise de la fin du 19èmeà travers l’acuité perçante de Charles Dickens, que Waas Gramser et Kris Van Trier (Comp. Marius) ont orienté leur regard.L’Ami communcommence au bord d’une Tamise qui charrie des cadavres. De là naît un passionnantwhodunit, doublé d’une histoire d’amour, où les intrigues qui se nouent autour de personnages excentriques finissent par s’enchevêtrer. Six acteurs interprètent une trentaine de personnages de l’upperet de lalowerclass. Comme toujours, le spectacle intègre des pauses gourmandes à chaque entracte et l’on se laisse porter de bout en bout tant par l’atmosphère fantastique du récit que par sa cinglante véracité face aux périls montants d’une société noyée par sa cupidité.

  • 20h00 > Ensatt - Théâtre Terzieff
  • LE CHEMIN DE FORTUNE & LE LEGS - Marviaux, Jean-Pierre Vincent

Avec la 77e promotion Joël Pommerat

Nous n’aurons pas la grossièreté d’enrôler Marivaux dans on ne sait quelle croisade contre l’Argent Roi. Mais enfin, Roi, il l’est souvent. La Finance a émergé de façon très visible, très publique, durant les années 1720: les banquiers du Régent, la banqueroute de Law, les surintendants des Finances (c’est-à-dire, la privatisation de la «récolte» des impôts)…

Marivaux ne traite pas son apologue avec plus de sérieux qu’il n’en faut, mais plutôt avec une insouciante fantaisie. Marivaux était un homme de son temps, de tout son temps, rien que de son temps: un spectateur universel décortiquant vie intime et séduction, serviteurs et maîtres, utopies, contes à dormir debout… et histoires de sous, d’héritages, etc…

  • 20h30 > Domaine de Lacroix-Laval
  • CIRQUE AÏTAL - Saison de Cirque

La dernière fois, ça s’appelaitPour le meilleur et pour le pire.Lui, un géant au cœur tendre, elle, une poupée voltigeuse, offraient leur rencontre et leur histoire d’amour au public avec une délicatesse infernale. Quelques années et deux enfants plus tard, ils continuent de parler d’eux, sans en avoir l’air. De leur vie. Cette vie d’artiste si particulière, de leur émotion toujours plus grande face à ce choix résolu, de la rencontre avec d’autres artistes, de ce métier qu’ils ont choisi. Ils ne seront plus seulement deux, car ils ont rassemblé des interprètes et musiciens avec qui ils voulaient travailler, des artistes de cirque qui les touchent. Ils ne seront plus deux car ils ont fondé leur famille. Il y aura des chevaux aussi. Il y aura tout ce qui permettra de raconter ce monde du cirque, ces familles d’artistes qui demeurent si présentes dans l’imaginaire collectif. Et ils s’en iront cueillir l’humanité comme on cueille des fleurs. Pour égayer la vie du soir au matin, et pour respirer leur parfum, au gré des saisons, leur(s)Saison(s) de cirque.

  • 20h30 > Odéon
  • DICK ANNEGARN ET L’ORCHESTRE DU CRR - 12 Villes, 12 Chansons

Direction : Alexandra Cravero

Orchestrations : Christophe Cravero

(1ère partie) - GREG GILG

Sofia, décembre 2017. Dans un studio de la radio nationale, Dick Annegarn enregistre son prochain album avec un orchestre de 50 musiciens. Nous y sommes, et nous sommes transportés… Dans son répertoire, Dick le grand nomade a puisé douze chansons qui racontent son amour des villes, et de la vie qui les anime. DeBruxellesàCoutances, des bondissantesTchèquesà la pépèreNogent-sur-Marne, deLuxembourgàIn New Orleans, un paysage urbain très personnel se déploie ici, garantisans images d’Épinal. Les orchestrations collent au grain de peau, de voix et de verbe d’Annegarn. Elles dressent un décor mouvant et envoûtant, hérissé de beautés comme de tragédies, saisi par la joie comme par le spleen. Sur scène,12 villes, 12 chansonssera plus qu’un spectacle : un monde. Le monde d’un poète que le monde émerveille, ébranle, transperce sans cesse. C’est à Fourvière, avec le soutien de l’orchestre du CRR de Lyon, que nous aurons le privilège de le voir surgir pour la première fois.

Et c’est à l’inclassable Greg Gilg que reviendra l’honneur d’ouvrir la soirée, avec un moment d’émotion musicale qui promet aussi son lot de magie.

dimanche 01 juillet 2018

  • 21h00 > Grand théâtre
  • MASSIVE ATTACK - Young Fathers

Il y a, dans l’histoire de la musique, des moments cruciaux durant lesquels les choses se trouvent concentrées en un point géographique précis. À la fin des années 80, c’est à Bristol que la prochaine révolution se préparait. De tous les groupes qui émergeront de cette scène devenue mythique, Massive Attack est le plus passionnant, le plus mystérieux. Son œuvre, formée de cinq albums studio auxquels se sont ajoutés quelques EP, dont les récentsRitual SpirtsetThe Spoils, est si riche et inclassable qu’il fallut inventer un mot pour la décrire: trip-hop. Sombre, engagée, inclusive et mélancolique, la musique de Massive Attack est toujours ambivalente. Elle peut être tranchante comme un roman de Philip K. Dick, douce comme un murmure au creux de l’oreille. Sur leur chemin, les deux têtes pensantes Robert «3D» Del Naja et Grant Marshall, dit Daddy G, se sont entourés de vocalistes hors pair comme Horace Andy, ou le jeune groupe écossais Young Fathers, dont le talent immense irradiera la scène du Grand théâtre en ouverture.

lundi 02 juillet 2018

  • 20h00 > ENS - Théâtre Kantor
  • ÇA NE SE PASSE JAMAIS COMME PRÉVU - Tiago Rodrigues et les étudiants de la manufacture de Lausanne

En 2018, je vais écrire et diriger une pièce pour les acteurs qui termineront leur cursus à La Manufacture. Je ne sais ce qui arrivera. En 2017, nous avons passé une semaine ensemble entre Lausanne et Genève, et nous avons créé un petit travail que nous avons présenté au Forum Meyrin et qui a surtout servi à faire connaissance entre nous. J’avais une idée de ce nous allions faire durant cette semaine mais c’est finalement une toute autre chose qui s’est passée, ce qui m’a laissé avec une volonté encore plus forte de retravailler avec eux. Je crois que nous aimons tous l’idée de ne pas savoir ce que nous ferons ensemble. En 2018, ils me rejoindront à Lisbonne durant deux mois et nous créerons une pièce au Teatro Nacional D. Maria II. C’est à peu près tout ce que nous savons, pour l’instant. Je pense qu’il est important que nous restions fidèles au mystère de la rencontre que nous allons vivre et que nous revendiquions le droit à ne pas savoir ce qui se produira.

Mais bien sûr qu’il est nécessaire d’inventer un titre pour le spectacle qui n’a pas encore été inventé et d’avoir une idée de ce qu’il pourrait devenir, même si cette idée finit par ne pas se réaliser. Alors j’ai commencé à écrire une note d’intention, suffisamment poétique et vague, qui pourrait inspirer quelque intérêt à qui la lirait mais qui, en même temps, nous laisserait l’espace nécessaire de faire ce qui nous plaira lorsque nous serons en train de créer la pièce. Elle parlait d’une fête à l’ombre des arbres, de promesses et de prophéties.

Alors que je tentais (avec beaucoup de difficultés) d’écrire ce synopsis, je suis tombé sur un journal où j’ai lu un entretien avec un spécialiste en prévention d’attentats terroristes. Il commentait un exercice effectué par les forces de sécurité et disait que la règle d’or, même au cours d’un exercice d’entraînement, est de savoir que les choses ne se passent jamais comme prévu. Je n’ai pas pu m’empêcher d’y découvrir un parallèle avec le théâtre qu’il m’intéresse de faire : un exercice préparé au détail près, qui ne peut exister que s’il embrasse l’imprévu. Je n’ai finalement pas pu écrire un synopsis très intéressant, mais j’ai trouvé un titre pour la pièce.

Tiago Rodrigues

  • 20h00 > Ensatt - Théâtre Terzieff
  • LE CHEMIN DE FORTUNE & LE LEGS - Marviaux, Jean-Pierre Vincent

Avec la 77e promotion Joël Pommerat

Nous n’aurons pas la grossièreté d’enrôler Marivaux dans on ne sait quelle croisade contre l’Argent Roi. Mais enfin, Roi, il l’est souvent. La Finance a émergé de façon très visible, très publique, durant les années 1720: les banquiers du Régent, la banqueroute de Law, les surintendants des Finances (c’est-à-dire, la privatisation de la «récolte» des impôts)…

Marivaux ne traite pas son apologue avec plus de sérieux qu’il n’en faut, mais plutôt avec une insouciante fantaisie. Marivaux était un homme de son temps, de tout son temps, rien que de son temps: un spectateur universel décortiquant vie intime et séduction, serviteurs et maîtres, utopies, contes à dormir debout… et histoires de sous, d’héritages, etc…

  • 21h00 > Grand Théâtre
  • MGMT - Cola Boyy

Il y a dix ans, le duo new-yorkais MGMT décrochait le gros lot. Son premier albumOracular Spectacular, pourtant exigeant, obtenait un succès phénoménal, porté par ses tonitruants singlesTime to PretendetKids, mais aussi de belles ballades commeWeekend WarsouPieces of What. Après un tel triomphe, la voie royale vers le sommet des charts s’ouvrait à eux. Mais les deux Américains ont préféré profiter de leur liberté pour aller au bout de leurs rêves psychédéliques et créer deux disques bigarrés à souhait :CongratulationsetMGMT. Deux petites merveilles de pop oblique, du genre à réunir Syd Barrett, Brian Wilson et The Jesus & Mary Chain dans un ballet de tous les diables. Alors forcément, leur retour avec un quatrième album,Little Dark Age, est l’un des événements les plus attendus de l’année: il ne fait que décupler notre impatience de les retrouver à Fourvière.

  • 21h30 > Lycée Saint-Just
  • LA CHUTE DE LA MAISON - Jeanne Candel, Samuel Achache

Edgar Allan Poe

Dans un hôpital, à Paris, vers la fin du XIXème siècle, une morte se réveille. On décide de la garder en observation, et pour ne pas qu’elle tente de s’échapper, on lui fait croire qu’elle vit au royaume des morts. Librement inspirée de la nouvelle fantastique d’Edgar Allan Poe et patinée des lieder de Schumann et Schubert, la trame narrative posée par le duo Jeanne Candel et Samuel Achache est un véritable camp de base pour les comédiens du dispositif Talents Adami paroles d’acteurs. Ils sont dix à se laisser porter par les artisans de la Vie Brève qui travaillent à magnifier les récits et à piquer les chairs à vif pour faire vibrer et résonner les instants. Rompus aux adaptations de livrets d’opéra, ils charrient ici leur style pour transmettre leur vision fine, drôle et romanesque du monde.

mardi 03 juillet 2018

  • 20h00 > ENS - Théâtre Kantor
  • ÇA NE SE PASSE JAMAIS COMME PRÉVU - Tiago Rodrigues et les étudiants de la manufacture de Lausanne

En 2018, je vais écrire et diriger une pièce pour les acteurs qui termineront leur cursus à La Manufacture. Je ne sais ce qui arrivera. En 2017, nous avons passé une semaine ensemble entre Lausanne et Genève, et nous avons créé un petit travail que nous avons présenté au Forum Meyrin et qui a surtout servi à faire connaissance entre nous. J’avais une idée de ce nous allions faire durant cette semaine mais c’est finalement une toute autre chose qui s’est passée, ce qui m’a laissé avec une volonté encore plus forte de retravailler avec eux. Je crois que nous aimons tous l’idée de ne pas savoir ce que nous ferons ensemble. En 2018, ils me rejoindront à Lisbonne durant deux mois et nous créerons une pièce au Teatro Nacional D. Maria II. C’est à peu près tout ce que nous savons, pour l’instant. Je pense qu’il est important que nous restions fidèles au mystère de la rencontre que nous allons vivre et que nous revendiquions le droit à ne pas savoir ce qui se produira.

Mais bien sûr qu’il est nécessaire d’inventer un titre pour le spectacle qui n’a pas encore été inventé et d’avoir une idée de ce qu’il pourrait devenir, même si cette idée finit par ne pas se réaliser. Alors j’ai commencé à écrire une note d’intention, suffisamment poétique et vague, qui pourrait inspirer quelque intérêt à qui la lirait mais qui, en même temps, nous laisserait l’espace nécessaire de faire ce qui nous plaira lorsque nous serons en train de créer la pièce. Elle parlait d’une fête à l’ombre des arbres, de promesses et de prophéties.

Alors que je tentais (avec beaucoup de difficultés) d’écrire ce synopsis, je suis tombé sur un journal où j’ai lu un entretien avec un spécialiste en prévention d’attentats terroristes. Il commentait un exercice effectué par les forces de sécurité et disait que la règle d’or, même au cours d’un exercice d’entraînement, est de savoir que les choses ne se passent jamais comme prévu. Je n’ai pas pu m’empêcher d’y découvrir un parallèle avec le théâtre qu’il m’intéresse de faire : un exercice préparé au détail près, qui ne peut exister que s’il embrasse l’imprévu. Je n’ai finalement pas pu écrire un synopsis très intéressant, mais j’ai trouvé un titre pour la pièce.

Tiago Rodrigues

  • 20h00 > Ensatt - Théâtre Terzieff
  • LE CHEMIN DE FORTUNE & LE LEGS - Marviaux, Jean-Pierre Vincent

Avec la 77e promotion Joël Pommerat

Nous n’aurons pas la grossièreté d’enrôler Marivaux dans on ne sait quelle croisade contre l’Argent Roi. Mais enfin, Roi, il l’est souvent. La Finance a émergé de façon très visible, très publique, durant les années 1720: les banquiers du Régent, la banqueroute de Law, les surintendants des Finances (c’est-à-dire, la privatisation de la «récolte» des impôts)…

Marivaux ne traite pas son apologue avec plus de sérieux qu’il n’en faut, mais plutôt avec une insouciante fantaisie. Marivaux était un homme de son temps, de tout son temps, rien que de son temps: un spectateur universel décortiquant vie intime et séduction, serviteurs et maîtres, utopies, contes à dormir debout… et histoires de sous, d’héritages, etc…

  • 20h30 > Domaine de Lacroix-Laval
  • CIRQUE AÏTAL - Saison de Cirque

La dernière fois, ça s’appelaitPour le meilleur et pour le pire.Lui, un géant au cœur tendre, elle, une poupée voltigeuse, offraient leur rencontre et leur histoire d’amour au public avec une délicatesse infernale. Quelques années et deux enfants plus tard, ils continuent de parler d’eux, sans en avoir l’air. De leur vie. Cette vie d’artiste si particulière, de leur émotion toujours plus grande face à ce choix résolu, de la rencontre avec d’autres artistes, de ce métier qu’ils ont choisi. Ils ne seront plus seulement deux, car ils ont rassemblé des interprètes et musiciens avec qui ils voulaient travailler, des artistes de cirque qui les touchent. Ils ne seront plus deux car ils ont fondé leur famille. Il y aura des chevaux aussi. Il y aura tout ce qui permettra de raconter ce monde du cirque, ces familles d’artistes qui demeurent si présentes dans l’imaginaire collectif. Et ils s’en iront cueillir l’humanité comme on cueille des fleurs. Pour égayer la vie du soir au matin, et pour respirer leur parfum, au gré des saisons, leur(s)Saison(s) de cirque.

  • 21h00 > Grand théâtre
  • Ben Howard - Tamino

En 2011, Ben Howard nousémerveille avec son premier album,Every Kingdom. La tournée qui suit révèle un prodigieux feu follet, jouant de ses guitares avec une intensité sans pareille. En 2014, le jeune Anglais revient avec un deuxième opus,I Forget Where We Were. Sa voix a mûri, son chant s’est affirmé. Il ouvre la porte d’un folk-rock des grands espaces, à la production riche et soignée. Son écriture, aussi, s’est affinée. Moins tournées vers ses prouesses de guitariste, ses chansons s’épanouissent et sa virtuosité n’en devient que plus élégante. Aux influences des débuts, Van Morrison et Bon Iver en tête, s’ajoutent des saluts plus appuyés aux maîtres John Martyn, Nick Drake et Bert Jansch. Des chansons moins pop, donc, mais avec un supplément d’âme, desoul, au sens le plus littéral du terme. Avec un nouvel album annoncé pour le printemps, 2018 marque l’année de son grand retour, et d’un premier passage événement à Fourvière.

Révélation de la scène flamande, Tamino possède déjà un magnétisme qui est la marque des grands : il y a du Jeff Buckley chez cet oiseau de nuit au chant majestueux.

  • 21h30 > Lycée Saint-Just
  • LA CHUTE DE LA MAISON - Jeanne Candel, Samuel Achache

Edgar Allan Poe

Dans un hôpital, à Paris, vers la fin du XIXème siècle, une morte se réveille. On décide de la garder en observation, et pour ne pas qu’elle tente de s’échapper, on lui fait croire qu’elle vit au royaume des morts. Librement inspirée de la nouvelle fantastique d’Edgar Allan Poe et patinée des lieder de Schumann et Schubert, la trame narrative posée par le duo Jeanne Candel et Samuel Achache est un véritable camp de base pour les comédiens du dispositif Talents Adami paroles d’acteurs. Ils sont dix à se laisser porter par les artisans de la Vie Brève qui travaillent à magnifier les récits et à piquer les chairs à vif pour faire vibrer et résonner les instants. Rompus aux adaptations de livrets d’opéra, ils charrient ici leur style pour transmettre leur vision fine, drôle et romanesque du monde.

mercredi 04 juillet 2018

  • 20h00 > Ensatt - Théâtre Terzieff
  • LE CHEMIN DE FORTUNE & LE LEGS - Marviaux, Jean-Pierre Vincent

Avec la 77e promotion Joël Pommerat

Nous n’aurons pas la grossièreté d’enrôler Marivaux dans on ne sait quelle croisade contre l’Argent Roi. Mais enfin, Roi, il l’est souvent. La Finance a émergé de façon très visible, très publique, durant les années 1720: les banquiers du Régent, la banqueroute de Law, les surintendants des Finances (c’est-à-dire, la privatisation de la «récolte» des impôts)…

Marivaux ne traite pas son apologue avec plus de sérieux qu’il n’en faut, mais plutôt avec une insouciante fantaisie. Marivaux était un homme de son temps, de tout son temps, rien que de son temps: un spectateur universel décortiquant vie intime et séduction, serviteurs et maîtres, utopies, contes à dormir debout… et histoires de sous, d’héritages, etc…

  • 20h30 > Domaine de Lacroix-Laval
  • CIRQUE AÏTAL - Saison de Cirque

La dernière fois, ça s’appelaitPour le meilleur et pour le pire.Lui, un géant au cœur tendre, elle, une poupée voltigeuse, offraient leur rencontre et leur histoire d’amour au public avec une délicatesse infernale. Quelques années et deux enfants plus tard, ils continuent de parler d’eux, sans en avoir l’air. De leur vie. Cette vie d’artiste si particulière, de leur émotion toujours plus grande face à ce choix résolu, de la rencontre avec d’autres artistes, de ce métier qu’ils ont choisi. Ils ne seront plus seulement deux, car ils ont rassemblé des interprètes et musiciens avec qui ils voulaient travailler, des artistes de cirque qui les touchent. Ils ne seront plus deux car ils ont fondé leur famille. Il y aura des chevaux aussi. Il y aura tout ce qui permettra de raconter ce monde du cirque, ces familles d’artistes qui demeurent si présentes dans l’imaginaire collectif. Et ils s’en iront cueillir l’humanité comme on cueille des fleurs. Pour égayer la vie du soir au matin, et pour respirer leur parfum, au gré des saisons, leur(s)Saison(s) de cirque.

  • 21h30 > Grand théâtre
  • JULIEN CLERC - La tournée des 50 ans

Après cinquante années de carrière, vingt-quatre albums studio et autant de tournées-marathons, peut-être va-t-il enfin s’accorder une pause? Prendre du temps pour lui, pour se balader en campagne, se jeter dans la paille avec son amoureuse… Pour l’instant – et à notre plus grand soulagement – ce tableau idyllique n’est qu’une photographie, réalisée pour la pochette de son dernier disqueÀ nos amours. Ouf! Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, le grand mélodiste sera de retour sur la scène du Grand théâtre pour présenter sa nouvelle moisson de chansons. Quatorze titres produits et arrangés par Calogero, avec des textes cueillis chez pas moins de dix auteurs différents parmi lesquels Maxime Le Forestier, Vianney ou encore Brigitte Fontaine, qui donne vie à un personnage féminin complexe et fantastique dansElle ment comme elle respire, l’une des meilleures chansons du disque.

  • 21h30 > Lycée Saint-Just
  • LA CHUTE DE LA MAISON - Jeanne Candel, Samuel Achache

Edgar Allan Poe

Dans un hôpital, à Paris, vers la fin du XIXème siècle, une morte se réveille. On décide de la garder en observation, et pour ne pas qu’elle tente de s’échapper, on lui fait croire qu’elle vit au royaume des morts. Librement inspirée de la nouvelle fantastique d’Edgar Allan Poe et patinée des lieder de Schumann et Schubert, la trame narrative posée par le duo Jeanne Candel et Samuel Achache est un véritable camp de base pour les comédiens du dispositif Talents Adami paroles d’acteurs. Ils sont dix à se laisser porter par les artisans de la Vie Brève qui travaillent à magnifier les récits et à piquer les chairs à vif pour faire vibrer et résonner les instants. Rompus aux adaptations de livrets d’opéra, ils charrient ici leur style pour transmettre leur vision fine, drôle et romanesque du monde.

jeudi 05 juillet 2018

  • 20h00 > Ensatt - Théâtre Terzieff
  • LE CHEMIN DE FORTUNE & LE LEGS - Marviaux, Jean-Pierre Vincent

Avec la 77e promotion Joël Pommerat

Nous n’aurons pas la grossièreté d’enrôler Marivaux dans on ne sait quelle croisade contre l’Argent Roi. Mais enfin, Roi, il l’est souvent. La Finance a émergé de façon très visible, très publique, durant les années 1720: les banquiers du Régent, la banqueroute de Law, les surintendants des Finances (c’est-à-dire, la privatisation de la «récolte» des impôts)…

Marivaux ne traite pas son apologue avec plus de sérieux qu’il n’en faut, mais plutôt avec une insouciante fantaisie. Marivaux était un homme de son temps, de tout son temps, rien que de son temps: un spectateur universel décortiquant vie intime et séduction, serviteurs et maîtres, utopies, contes à dormir debout… et histoires de sous, d’héritages, etc…

  • 20h30 > Domaine de Lacroix-Laval
  • CIRQUE AÏTAL - Saison de Cirque

La dernière fois, ça s’appelaitPour le meilleur et pour le pire.Lui, un géant au cœur tendre, elle, une poupée voltigeuse, offraient leur rencontre et leur histoire d’amour au public avec une délicatesse infernale. Quelques années et deux enfants plus tard, ils continuent de parler d’eux, sans en avoir l’air. De leur vie. Cette vie d’artiste si particulière, de leur émotion toujours plus grande face à ce choix résolu, de la rencontre avec d’autres artistes, de ce métier qu’ils ont choisi. Ils ne seront plus seulement deux, car ils ont rassemblé des interprètes et musiciens avec qui ils voulaient travailler, des artistes de cirque qui les touchent. Ils ne seront plus deux car ils ont fondé leur famille. Il y aura des chevaux aussi. Il y aura tout ce qui permettra de raconter ce monde du cirque, ces familles d’artistes qui demeurent si présentes dans l’imaginaire collectif. Et ils s’en iront cueillir l’humanité comme on cueille des fleurs. Pour égayer la vie du soir au matin, et pour respirer leur parfum, au gré des saisons, leur(s)Saison(s) de cirque.

  • 21h00 > Grand théâtre
  • OFERTÓRIO : CAETANO, MORENO, ZECA, TOM VELOSO - António Zambujo solo

En France, c’est en 2002 que Caetano Veloso crève l’écran, grâce à sa délicieuse reprise deCucurrucucú PalomadansParle avec ellede Pedro Almodóvar. Le grand public découvre alors ce chanteur étourdissant de génie, à la fois héritier des classiques (Tom Jobim, João Gilberto) et inventeur de formes – il fut le principal artisan du tropicalisme, qui rénova en profondeur les musiques brésiliennes. En 2018, on fête d’ailleurs les 50 ans de cette révolution. Mais au diable les commémorations: à 75 ans, Caetano l’explorateur préfère embarquer dans une nouvelle aventure en compagnie de ses trois fils, Moreno, Zeca et Tom. Standards et originaux, innovation et transmission, intimité et ouverture d’esprit: tout Veloso est là, résumé dans ce qui promet d’être un sommet de musicalité.

Caetano a beaucoup de fils spirituels: António Zambujo en est l’un des plus brillants. Depuis quinze ans, le chanteur portugais échappe à ceux qui voudraient l’enfermer dans les limites du seul fado. Ce goût pour la liberté, il en dévoilera la quintessence dans un set en solitaire très attendu.

  • 21h30 > Lycée Saint-Just
  • LA CHUTE DE LA MAISON - Jeanne Candel, Samuel Achache

Edgar Allan Poe

Dans un hôpital, à Paris, vers la fin du XIXème siècle, une morte se réveille. On décide de la garder en observation, et pour ne pas qu’elle tente de s’échapper, on lui fait croire qu’elle vit au royaume des morts. Librement inspirée de la nouvelle fantastique d’Edgar Allan Poe et patinée des lieder de Schumann et Schubert, la trame narrative posée par le duo Jeanne Candel et Samuel Achache est un véritable camp de base pour les comédiens du dispositif Talents Adami paroles d’acteurs. Ils sont dix à se laisser porter par les artisans de la Vie Brève qui travaillent à magnifier les récits et à piquer les chairs à vif pour faire vibrer et résonner les instants. Rompus aux adaptations de livrets d’opéra, ils charrient ici leur style pour transmettre leur vision fine, drôle et romanesque du monde.

vendredi 06 juillet 2018

  • 10h00 > Odéon
  • LES ATELIERS CIRQUE avec l’école de cirque de Lyon

Les Nuits de Fourvière renouvellent leur partenariat avec la MJC Ménival / Ecole de Cirque de Lyon et proposent gratuitement des ateliers découverte autour de différentes disciplines de cirque. Ces ateliers animés par des intervenants professionnels sont l’occasion pendant trois jours de partager avec vos enfants un moment ludique et artistique. Ils auront lieux aux théâtres romains, sur le plateau de l’Odéon.

LES ATELIERS CIRCO’SOLO
VENDREDI 6 JUILLET A L’ODEON

CIRCO’ACCRO
Pour les acrobates en herbe! Vos enfants réaliseront des figures simples au sol (rondades, ponts, portés, pyramides humaines etc.) ou avec un peu de hauteur grâce au mini trampoline et au mât chinois.
(De 8 à 14 ans)
Vendredi 6 juillet, 10h-12h

CIRCO’MABOUL
Balles, tissus, assiettes, bâtons du diable ou encore diabolos, autant d’objet pour s’essayer à la jonglerie. Cet atelier permet aussi de tester le sens de l’équilibre sur objet et sur fil.
De 8 à 14 ans
Vendredi 6 juillet, 13h30-15h30

CIRCO’AÉRO
Un atelier entièrement dédié aux aériens. À quelques mètres du sol, en toute sécurité, tissu, trapèze ou cerceau permettent d’exécuter des figures simples.
À partir de 10 ans – enfants et adolescents
Vendredi 6 juillet, 16h-18h

LES ATELIERS CIRCO’FAMILLE
SAMEDI 7 & DIMANCHE 8 JUILLET A l’ODEON

L’atelier circo’famille revient pour le bonheur des petits et grands! En duo parent-enfant, découvrez plusieurs disciplines ludiques des arts du cirque.
(Duo parent/enfant de 3 à 8 ans)
À pratiquer en famille,le samedi et le dimancheaux horaires suivants:10h30-12h / 14h-15h30 / 16h-17h30
www.ecoledecirquedelyon.com

Tous les ateliers sont gratuits et sur réservation dans la limite des places disponibles.
Renseignements et inscriptions: Fanny Badey:rp@nuitsdefourviere.fr/ 04 72 57 16 09
À partir du 23 avril (du lundi au vendredi), attention, aucune réservation ne sera prise en compte avant cette date.

  • 19h00 > Odéon's esplanade
  • Invité d’honneur LE PARADOXE DE GEORGES - Yann Frisch

Il avait imaginé un clown portant la tragédie de Cassandre, cette déesse qui avait reçu d’Apollon le pouvoir de prédire l’avenir, mais, se refusant à lui, le dieu décréta que ses prédictions ne seraient pas crues. Il lui a donné chair dans un spectacle éblouissant:Le Syndrome de Cassandre.C’est alors que nous avons rencontré Yann Frisch. Puis il est venu, en ami, voirFidelis Fortibusde Danny Ronaldo. Ce faisant, nous avons commencé à converser d’anthropologie, de magie, de création… L’idée de l’associer à l’édition 2018 comme invité d’honneur s’est imposée très naturellement. Adossé à la création duParadoxe de Georges­, première étape d’auscultation des questions liées à la magie à travers ce qu’il nomme élégammentles certitudes passagères,nous lui avons demandé de travailler à la fabrication d’un programme. Aussi, après avoir monté son camion-chapiteau sur l’esplanade, il apparaîtra comme Monsieur Loyal dans leTerabak de Kyivau Grand théâtre. Et puis, deux invités pointeront leur nez à ses côtés. Le plasticien JR créera une performance dont il a le secret et le chanteur et compositeur Patrick Watson le rejoindra sur la scène du camion-chapiteau pour deux soirées.

C’est un vieux rêve personnel que de vouloir offrir à la magie des cartes un lieu, un écrin dans lequel elle aura le loisir de disséminer du trouble en interrogeant le hasard, en jouant avec les symboles et en manipulant notre attention. Les cartes vont valser, se transformer, puis disparaître définitivement pour nous laisser avec cet étrange sentiment qu’on s’est laissé bouleverser et émouvoir par des morceaux de carton imprimé. La vraie magie se situe aussi là.

Yann Frisch

  • 20h00 > Ensatt - Théâtre Terzieff
  • LE CHEMIN DE FORTUNE & LE LEGS - Marviaux, Jean-Pierre Vincent

Avec la 77e promotion Joël Pommerat

Nous n’aurons pas la grossièreté d’enrôler Marivaux dans on ne sait quelle croisade contre l’Argent Roi. Mais enfin, Roi, il l’est souvent. La Finance a émergé de façon très visible, très publique, durant les années 1720: les banquiers du Régent, la banqueroute de Law, les surintendants des Finances (c’est-à-dire, la privatisation de la «récolte» des impôts)…

Marivaux ne traite pas son apologue avec plus de sérieux qu’il n’en faut, mais plutôt avec une insouciante fantaisie. Marivaux était un homme de son temps, de tout son temps, rien que de son temps: un spectateur universel décortiquant vie intime et séduction, serviteurs et maîtres, utopies, contes à dormir debout… et histoires de sous, d’héritages, etc…

  • 20h30 > Domaine de Lacroix-Laval
  • CIRQUE AÏTAL - Saison de Cirque

La dernière fois, ça s’appelaitPour le meilleur et pour le pire.Lui, un géant au cœur tendre, elle, une poupée voltigeuse, offraient leur rencontre et leur histoire d’amour au public avec une délicatesse infernale. Quelques années et deux enfants plus tard, ils continuent de parler d’eux, sans en avoir l’air. De leur vie. Cette vie d’artiste si particulière, de leur émotion toujours plus grande face à ce choix résolu, de la rencontre avec d’autres artistes, de ce métier qu’ils ont choisi. Ils ne seront plus seulement deux, car ils ont rassemblé des interprètes et musiciens avec qui ils voulaient travailler, des artistes de cirque qui les touchent. Ils ne seront plus deux car ils ont fondé leur famille. Il y aura des chevaux aussi. Il y aura tout ce qui permettra de raconter ce monde du cirque, ces familles d’artistes qui demeurent si présentes dans l’imaginaire collectif. Et ils s’en iront cueillir l’humanité comme on cueille des fleurs. Pour égayer la vie du soir au matin, et pour respirer leur parfum, au gré des saisons, leur(s)Saison(s) de cirque.

  • 21h30 > Lycée Saint-Just
  • LA CHUTE DE LA MAISON - Jeanne Candel, Samuel Achache

Edgar Allan Poe

Dans un hôpital, à Paris, vers la fin du XIXème siècle, une morte se réveille. On décide de la garder en observation, et pour ne pas qu’elle tente de s’échapper, on lui fait croire qu’elle vit au royaume des morts. Librement inspirée de la nouvelle fantastique d’Edgar Allan Poe et patinée des lieder de Schumann et Schubert, la trame narrative posée par le duo Jeanne Candel et Samuel Achache est un véritable camp de base pour les comédiens du dispositif Talents Adami paroles d’acteurs. Ils sont dix à se laisser porter par les artisans de la Vie Brève qui travaillent à magnifier les récits et à piquer les chairs à vif pour faire vibrer et résonner les instants. Rompus aux adaptations de livrets d’opéra, ils charrient ici leur style pour transmettre leur vision fine, drôle et romanesque du monde.

  • 21h30 > Grand théâtre
  • SEU JORGE ET LES MUSICIENS DE L’ORCHESTRE DE L’OPÉRA DE LYON - Antoine Boyer

Quand Wes Anderson, dansLa Vie Aquatique, m’a proposé de jouer le rôle d’un marin chantant tout seul du Bowie en portugais sur un bateau, je lui ai répondu: «T’es fou ou quoi?»”Mais non, cher Seu Jorge: Wes Anderson n’est pas du tout fou. Simplement, il a le chic pour donner vie à de merveilleuses chimères, auxquelles personne d’autre n’oserait rêver. Et confier le répertoire de David Bowie à un chanteur et guitariste brésilien de votre trempe, franchement, c’est un sacré coup de génie. Bowie lui-même ne s’y est d’ailleurs pas trompé, qui avant de rejoindre son étoile affirma:“Seu Jorge a élevé mes chansons à un autre niveau de beauté”. Avec votre voix de baryton moitié velours moitié rocaille, l’hommage décalé se transforme en exercice d’admiration transcendant.Ziggy Stardustdevient une odyssée chargée desaudade,Life on Mars?une ballade carioca d’une splendeur intersidérale,Starmanune samba-pop irrésistible… Et quand on sait qu’à Fourvière, 26 musiciens de l’Opéra de Lyon vont apposer des orchestrations sur mesure sur vos vocalises, on se dit que quelque chose de fou va se jouer là. Quelque chose dont même Wes Anderson n’aurait peut-être pas osé rêver.

En partenariat avec l’Opéra de Lyon

A la veille de ses 22 printemps, Antoine Boyer compte déjà quatre albums à son actif. Mais ce n’est pas la seule marque de sa saisissante maturité, loin de là. Maniant la guitare jazz, électrique ou manouche avec la même aisance, ce virtuose pétri d’humilité ne se satisfait pas de savoir tout faire. Ce qu’il vise est plus élevé : ça s’appelle la justesse de ton. Faire feu de tout bois sans jamais céder à la tentation de la pyrotechnie… Tel est le leitmotiv de ce guitariste qui possède bien mieux que du toucher : du tact. Fort de ce bagage sensible, il proposera avant Seu Jorge un programme de reprises où Bill Evans pourrait côtoyer Simon & Garfunkel, Scarlatti voisiner les Beatles, et Django Reinhardt fricoter avec un certain… David Bowie.

samedi 07 juillet 2018

  • 10h30 > Odéon
  • LES ATELIERS CIRQUE avec l’école de cirque de Lyon

Les Nuits de Fourvière renouvellent leur partenariat avec la MJC Ménival / Ecole de Cirque de Lyon et proposent gratuitement des ateliers découverte autour de différentes disciplines de cirque. Ces ateliers animés par des intervenants professionnels sont l’occasion pendant trois jours de partager avec vos enfants un moment ludique et artistique. Ils auront lieux aux théâtres romains, sur le plateau de l’Odéon.

LES ATELIERS CIRCO’SOLO
VENDREDI 6 JUILLET A L’ODEON

CIRCO’ACCRO
Pour les acrobates en herbe! Vos enfants réaliseront des figures simples au sol (rondades, ponts, portés, pyramides humaines etc.) ou avec un peu de hauteur grâce au mini trampoline et au mât chinois.
(De 8 à 14 ans)
Vendredi 6 juillet, 10h-12h

CIRCO’MABOUL
Balles, tissus, assiettes, bâtons du diable ou encore diabolos, autant d’objet pour s’essayer à la jonglerie. Cet atelier permet aussi de tester le sens de l’équilibre sur objet et sur fil.
De 8 à 14 ans
Vendredi 6 juillet, 13h30-15h30

CIRCO’AÉRO
Un atelier entièrement dédié aux aériens. À quelques mètres du sol, en toute sécurité, tissu, trapèze ou cerceau permettent d’exécuter des figures simples.
À partir de 10 ans – enfants et adolescents
Vendredi 6 juillet, 16h-18h

LES ATELIERS CIRCO’FAMILLE
SAMEDI 7 & DIMANCHE 8 JUILLET A l’ODEON

L’atelier circo’famille revient pour le bonheur des petits et grands! En duo parent-enfant, découvrez plusieurs disciplines ludiques des arts du cirque.
(Duo parent/enfant de 3 à 8 ans)
À pratiquer en famille,le samedi et le dimancheaux horaires suivants:10h30-12h / 14h-15h30 / 16h-17h30
www.ecoledecirquedelyon.com

Tous les ateliers sont gratuits et sur réservation dans la limite des places disponibles.
Renseignements et inscriptions: Fanny Badey:rp@nuitsdefourviere.fr/ 04 72 57 16 09
À partir du 23 avril (du lundi au vendredi), attention, aucune réservation ne sera prise en compte avant cette date.

  • 19h00 > Odéon's esplanade
  • Invité d’honneur LE PARADOXE DE GEORGES - Yann Frisch

Il avait imaginé un clown portant la tragédie de Cassandre, cette déesse qui avait reçu d’Apollon le pouvoir de prédire l’avenir, mais, se refusant à lui, le dieu décréta que ses prédictions ne seraient pas crues. Il lui a donné chair dans un spectacle éblouissant:Le Syndrome de Cassandre.C’est alors que nous avons rencontré Yann Frisch. Puis il est venu, en ami, voirFidelis Fortibusde Danny Ronaldo. Ce faisant, nous avons commencé à converser d’anthropologie, de magie, de création… L’idée de l’associer à l’édition 2018 comme invité d’honneur s’est imposée très naturellement. Adossé à la création duParadoxe de Georges­, première étape d’auscultation des questions liées à la magie à travers ce qu’il nomme élégammentles certitudes passagères,nous lui avons demandé de travailler à la fabrication d’un programme. Aussi, après avoir monté son camion-chapiteau sur l’esplanade, il apparaîtra comme Monsieur Loyal dans leTerabak de Kyivau Grand théâtre. Et puis, deux invités pointeront leur nez à ses côtés. Le plasticien JR créera une performance dont il a le secret et le chanteur et compositeur Patrick Watson le rejoindra sur la scène du camion-chapiteau pour deux soirées.

C’est un vieux rêve personnel que de vouloir offrir à la magie des cartes un lieu, un écrin dans lequel elle aura le loisir de disséminer du trouble en interrogeant le hasard, en jouant avec les symboles et en manipulant notre attention. Les cartes vont valser, se transformer, puis disparaître définitivement pour nous laisser avec cet étrange sentiment qu’on s’est laissé bouleverser et émouvoir par des morceaux de carton imprimé. La vraie magie se situe aussi là.

Yann Frisch

  • 21h30 > Lycée Saint-Just
  • LA CHUTE DE LA MAISON - Jeanne Candel, Samuel Achache

Edgar Allan Poe

Dans un hôpital, à Paris, vers la fin du XIXème siècle, une morte se réveille. On décide de la garder en observation, et pour ne pas qu’elle tente de s’échapper, on lui fait croire qu’elle vit au royaume des morts. Librement inspirée de la nouvelle fantastique d’Edgar Allan Poe et patinée des lieder de Schumann et Schubert, la trame narrative posée par le duo Jeanne Candel et Samuel Achache est un véritable camp de base pour les comédiens du dispositif Talents Adami paroles d’acteurs. Ils sont dix à se laisser porter par les artisans de la Vie Brève qui travaillent à magnifier les récits et à piquer les chairs à vif pour faire vibrer et résonner les instants. Rompus aux adaptations de livrets d’opéra, ils charrient ici leur style pour transmettre leur vision fine, drôle et romanesque du monde.

  • 21h30 > Grand théâtre
  • L’Opéra de Lyon sur grand écran aux Nuits de Fourvière DON GIOVANNI - Vidéotransmission depuis l’Opéra de Lyon

Mozart sublime les aventures d’un des plus célèbres séducteurs de la littérature classique.

Les appétits de Don Giovanni sont sans limite : mangeur de femmes, ce seigneur puissant et désinvolte défie autant la morale que l’ordre établi, moquant la religion, persiflant dans les cimetières et blasphémant Dieu lui-même, à l’heure fatale.Autour de lui, on s’affaire, on s’irrite, on succombe…

Concordance des temps, David Marton avait présenté, en 2012 à l’Odéon, sa relecture du mythe adapté pour le théâtre. C’était la chanteuse de jazz serbe, l’hypnotique Yelena Kuljic qui incarnait Don Giovanni. Rien de surprenant que la modernité de son regard l’ait porté jusqu’à l’Opéra. Nous le retrouvons avec une grande joie.

dimanche 08 juillet 2018

  • 10h30 > Odéon
  • LES ATELIERS CIRQUE avec l’école de cirque de Lyon

Les Nuits de Fourvière renouvellent leur partenariat avec la MJC Ménival / Ecole de Cirque de Lyon et proposent gratuitement des ateliers découverte autour de différentes disciplines de cirque. Ces ateliers animés par des intervenants professionnels sont l’occasion pendant trois jours de partager avec vos enfants un moment ludique et artistique. Ils auront lieux aux théâtres romains, sur le plateau de l’Odéon.

LES ATELIERS CIRCO’SOLO
VENDREDI 6 JUILLET A L’ODEON

CIRCO’ACCRO
Pour les acrobates en herbe! Vos enfants réaliseront des figures simples au sol (rondades, ponts, portés, pyramides humaines etc.) ou avec un peu de hauteur grâce au mini trampoline et au mât chinois.
(De 8 à 14 ans)
Vendredi 6 juillet, 10h-12h

CIRCO’MABOUL
Balles, tissus, assiettes, bâtons du diable ou encore diabolos, autant d’objet pour s’essayer à la jonglerie. Cet atelier permet aussi de tester le sens de l’équilibre sur objet et sur fil.
De 8 à 14 ans
Vendredi 6 juillet, 13h30-15h30

CIRCO’AÉRO
Un atelier entièrement dédié aux aériens. À quelques mètres du sol, en toute sécurité, tissu, trapèze ou cerceau permettent d’exécuter des figures simples.
À partir de 10 ans – enfants et adolescents
Vendredi 6 juillet, 16h-18h

LES ATELIERS CIRCO’FAMILLE
SAMEDI 7 & DIMANCHE 8 JUILLET A l’ODEON

L’atelier circo’famille revient pour le bonheur des petits et grands! En duo parent-enfant, découvrez plusieurs disciplines ludiques des arts du cirque.
(Duo parent/enfant de 3 à 8 ans)
À pratiquer en famille,le samedi et le dimancheaux horaires suivants:10h30-12h / 14h-15h30 / 16h-17h30
www.ecoledecirquedelyon.com

Tous les ateliers sont gratuits et sur réservation dans la limite des places disponibles.
Renseignements et inscriptions: Fanny Badey:rp@nuitsdefourviere.fr/ 04 72 57 16 09
À partir du 23 avril (du lundi au vendredi), attention, aucune réservation ne sera prise en compte avant cette date.

  • 20h30 > Grand théâtre
  • JACK WHITE

Après les six chapitres de l’aventure White Stripes et les échappées belles au sein de The Raconteurs et des Dead Weathers, l’infatigable musicien de Détroit va dévoiler cette année son troisième album solo,Boarding House Reach. Un quatorzième volume, donc, dans une œuvre qui ressemble de plus en plus à une encyclopédie du country-rock dans tous ses états, du plusrootsau plus revisité. C’est dans la deuxième catégorie que les nouveaux morceaux devraient se situer, s’il on en croit l’écoute des premiers titres dévoilés, comme l’excellentConnected by Love. On y entend de surprenantes enluminures synthétiques et un chant plus lyrique que jamais. Innover, encore, toujours. Même lorsque l’on joue du rock’n’roll et de la country. C’est là que réside le génie de Jack White; dans un même geste, il célèbre le passé, capte l’air du temps et écrit le futur. Ce n’est pas un hasard s’il s’est installé il y a quelque temps à Nashville, la «Music City». Sa scène est, à son image, une étincelante incarnation de la diversité et de la vivacité des musiques traditionnelles américaines aujourd’hui.

Dans un souci de confort pour le public et de respect pour l’artiste, nous vous conseillons de vous rendre à ce concert sans votre smartphone.

lundi 09 juillet 2018

  • 19h00 > Odéon's esplanade
  • Invité d’honneur LE PARADOXE DE GEORGES - Yann Frisch

Il avait imaginé un clown portant la tragédie de Cassandre, cette déesse qui avait reçu d’Apollon le pouvoir de prédire l’avenir, mais, se refusant à lui, le dieu décréta que ses prédictions ne seraient pas crues. Il lui a donné chair dans un spectacle éblouissant:Le Syndrome de Cassandre.C’est alors que nous avons rencontré Yann Frisch. Puis il est venu, en ami, voirFidelis Fortibusde Danny Ronaldo. Ce faisant, nous avons commencé à converser d’anthropologie, de magie, de création… L’idée de l’associer à l’édition 2018 comme invité d’honneur s’est imposée très naturellement. Adossé à la création duParadoxe de Georges­, première étape d’auscultation des questions liées à la magie à travers ce qu’il nomme élégammentles certitudes passagères,nous lui avons demandé de travailler à la fabrication d’un programme. Aussi, après avoir monté son camion-chapiteau sur l’esplanade, il apparaîtra comme Monsieur Loyal dans leTerabak de Kyivau Grand théâtre. Et puis, deux invités pointeront leur nez à ses côtés. Le plasticien JR créera une performance dont il a le secret et le chanteur et compositeur Patrick Watson le rejoindra sur la scène du camion-chapiteau pour deux soirées.

C’est un vieux rêve personnel que de vouloir offrir à la magie des cartes un lieu, un écrin dans lequel elle aura le loisir de disséminer du trouble en interrogeant le hasard, en jouant avec les symboles et en manipulant notre attention. Les cartes vont valser, se transformer, puis disparaître définitivement pour nous laisser avec cet étrange sentiment qu’on s’est laissé bouleverser et émouvoir par des morceaux de carton imprimé. La vraie magie se situe aussi là.

Yann Frisch

  • 21h30 > Odéon's esplanade
  • Invité d’honneur LE PARADOXE DE GEORGES - Yann Frisch

Il avait imaginé un clown portant la tragédie de Cassandre, cette déesse qui avait reçu d’Apollon le pouvoir de prédire l’avenir, mais, se refusant à lui, le dieu décréta que ses prédictions ne seraient pas crues. Il lui a donné chair dans un spectacle éblouissant:Le Syndrome de Cassandre.C’est alors que nous avons rencontré Yann Frisch. Puis il est venu, en ami, voirFidelis Fortibusde Danny Ronaldo. Ce faisant, nous avons commencé à converser d’anthropologie, de magie, de création… L’idée de l’associer à l’édition 2018 comme invité d’honneur s’est imposée très naturellement. Adossé à la création duParadoxe de Georges­, première étape d’auscultation des questions liées à la magie à travers ce qu’il nomme élégammentles certitudes passagères,nous lui avons demandé de travailler à la fabrication d’un programme. Aussi, après avoir monté son camion-chapiteau sur l’esplanade, il apparaîtra comme Monsieur Loyal dans leTerabak de Kyivau Grand théâtre. Et puis, deux invités pointeront leur nez à ses côtés. Le plasticien JR créera une performance dont il a le secret et le chanteur et compositeur Patrick Watson le rejoindra sur la scène du camion-chapiteau pour deux soirées.

C’est un vieux rêve personnel que de vouloir offrir à la magie des cartes un lieu, un écrin dans lequel elle aura le loisir de disséminer du trouble en interrogeant le hasard, en jouant avec les symboles et en manipulant notre attention. Les cartes vont valser, se transformer, puis disparaître définitivement pour nous laisser avec cet étrange sentiment qu’on s’est laissé bouleverser et émouvoir par des morceaux de carton imprimé. La vraie magie se situe aussi là.

Yann Frisch

mardi 10 juillet 2018

  • 21h30 > Grand théâtre
  • ARCTIC MONKEYS - Cameron Avery

Le monde entier attend leur sixième album. Pas une info, pas une miette d’info à se mettre sous la dent… Alors, on avance à l’aveugle, ou plutôt en sourd, et on fait confiance au deuxième organe le plus connecté à la musique: le cœur. Arctic Monkeys, voilà un groupe qui nous touche droit au cœur et ce depuis ses débuts flamboyants en 2006 avecWhatever People Say I Am, That’s What I’m Not. En 2011, nous parvenions enfin à les faire jouer chez nous, au Grand théâtre, où avaient résonné les chansons majestueuses de leur quatrième opusSuck It and Seemais aussi une ribambelle de classiques tels queTeddy Picker,The View From the Afternoon,When the Sun Goes Downou encoreFluorescent Adolescent, donnée en rappel. Set-list parfaite pour une soirée parfaite. Gageons qu’Alex Turner, Nick O’Malley, Matt Helders, Jamie Cook nous reviendront en aussi grande forme.

Dans un costume inattendu – mais formidablement seyant – de crooner crépusculaire, Cameron Avery, le bassiste du groupe australien Tame Impala, ouvre la soirée en posant le diamant noir de sa voix sur les classiques instantanés de son albumRipe Dreams, Pipe Dreams.

mercredi 11 juillet 2018

  • 19h00 > Odéon's esplanade
  • Invité d’honneur LE PARADOXE DE GEORGES - Yann Frisch

Il avait imaginé un clown portant la tragédie de Cassandre, cette déesse qui avait reçu d’Apollon le pouvoir de prédire l’avenir, mais, se refusant à lui, le dieu décréta que ses prédictions ne seraient pas crues. Il lui a donné chair dans un spectacle éblouissant:Le Syndrome de Cassandre.C’est alors que nous avons rencontré Yann Frisch. Puis il est venu, en ami, voirFidelis Fortibusde Danny Ronaldo. Ce faisant, nous avons commencé à converser d’anthropologie, de magie, de création… L’idée de l’associer à l’édition 2018 comme invité d’honneur s’est imposée très naturellement. Adossé à la création duParadoxe de Georges­, première étape d’auscultation des questions liées à la magie à travers ce qu’il nomme élégammentles certitudes passagères,nous lui avons demandé de travailler à la fabrication d’un programme. Aussi, après avoir monté son camion-chapiteau sur l’esplanade, il apparaîtra comme Monsieur Loyal dans leTerabak de Kyivau Grand théâtre. Et puis, deux invités pointeront leur nez à ses côtés. Le plasticien JR créera une performance dont il a le secret et le chanteur et compositeur Patrick Watson le rejoindra sur la scène du camion-chapiteau pour deux soirées.

C’est un vieux rêve personnel que de vouloir offrir à la magie des cartes un lieu, un écrin dans lequel elle aura le loisir de disséminer du trouble en interrogeant le hasard, en jouant avec les symboles et en manipulant notre attention. Les cartes vont valser, se transformer, puis disparaître définitivement pour nous laisser avec cet étrange sentiment qu’on s’est laissé bouleverser et émouvoir par des morceaux de carton imprimé. La vraie magie se situe aussi là.

Yann Frisch

jeudi 12 juillet 2018

  • 21h00 > Grand théâtre
  • TERABAK DE KYIV - Stéphane Ricordel & Dakh Daughters

TRAVERSÉE DU FUNAMBULE DAVID DIMITRI

C’est une soirée comme il y en existera peu. Elle débutera par la traversée funambule de David Dimitri. Au crépuscule, sur son fil, il fendra le ciel au-dessus de nos têtes pour laisser place à la virtuosité du cabaret ukrainien imaginé par Stéphane Ricordel avec les Dakh Daughters. Ce cabaret, Ricordel l’a voulu baroque, fantasque et survolté. Il a voulu que les numéros se métissent et qu’une histoire se raconte. Alors le magicien Yann Frisch, en Monsieur Loyal, nous prendra par la main pour nourrir un récit absurde et burlesque où chacun retrouve une place. Trampoline, trapèze, mât chinois… éveillent voltigeurs et acrobates au rythme effréné d’un gang de chanteuses ukrainienne déchaînées.

Stéphane Ricordel, a concoté un cabaret chaleureux et doucement déjanté où se sentent aussi bien les adultes que les enfants et même — miracle — les adolescents.
Fabienne Darge, Le Monde

Mêlant cirque, musique et magie, le propos s’articule autour des Dakh Daughters, six Ukrainiennes formées au conservatoire de Kiev, ayant viré leur cuti pour défourailler une sorte d’ethno-punk calorifère qui ne manque pas de sympathisants en France
Gilles Renault, Libération

samedi 14 juillet 2018

  • 19h30 > Grand théâtre
  • BIGFLO & OLI - DJ Fly, Fixpen Sill

La planète rap a changé depuis leur arrivée dans le jeu. L’air de rien, sans demander l’autorisation à personne d’autre qu’eux, les deux frangins en ont même changé les règles. Adieu les gros durs du dimanche, emmaillotés dans leur or en toc aussi faux que leurs beats sans groove et leur flow zéro. Bigflo & Oli ont remis, en l’espace de deux ans, les pendules à l’heure et les gringalets à l’honneur. Deux albums, deux classiques. On pèse nos mots, et eux pèsent si gros qu’on a arrêté de compter les vues de leurs clips ou les ventes de leurs disques pour les prendre au sérieux. Car c’est bien au cœur de leur œuvre, dans des textes ciselés, que se joue la partie. Les deux frangins peuplent leurs poèmes de personnages aux destins tragiques ou émouvants, avec lesquels ils racontent la jeunesse, la prostitution, la violence faite aux femmes, le burn out, la famille et mille autres sujets encore.

Cette qualité de regard et de flow est aussi à l’œuvre chez le duo Fixpen Sill, auteur du très remarquéA4637, qui aura l’honneur de lancer la soirée.

Et après le feu du show de Bigflo & Oli, c’est le feu d’artifice du 14 juillet qui éclairera le ciel de Fourvière et ouvrira la voie à l’after de DJ Fly.

En partenariat avecMediatone

dimanche 15 juillet 2018

  • 21h30 > Odéon
  • CHANTS DES MARINS KABYLES - Fellag, Cheikh Sidi Bemol, Minvielle

C’est parce qu’un ciel révolté a lâché son rideau de pluie sur les Marins Kabyles. C’est parce qu’ils n’ont pu terminer leur concert. C’est parce que nous sommes aussi vaillants que l’imaginaire réuni d’Hocine Boukella et de Fellag queLes chants des Marins Kabylesreviendront fleurir le programme de l’édition 2018. Il a plu. Qu’importe.Izlan Ibahriyen, ces poèmes qui chantent la Kabylie des pêcheurs et des marins imaginaires inventés par Cheikh Sidi Bemol,résonnera à l’Odéon.À travers ces chants peuplés de personnages pittoresques et attachants, ils racontent leurs histoires extraordinaires. Hocine Boukella (fondateur du groupe de rock algérien Cheikh Sidi Bemol) les a orchestrés et interprétés en s’inspirant des chants marins traditionnels. Fellag a choisi de les présenter en les ponctuant de petits récits, comme des interludes. Sur la scène figure une galiote et ses voiles.

Quand je les ai écoutés la première fois, j’ai été bouleversé par la façon dont Hocine chante, parce qu’Hocine a une âme. C’est ce qui m’a touché dans les chants. Il faut avoir une âme pour jouer du blues, du rébétiko, du flamenco...

Fellag

lundi 16 juillet 2018

  • 21h15 > Grand théâtre
  • CHARLOTTE GAINSBOURG - Girls in Hawaii

Charlotte, une Gainsbourg ? Avec son dernier albumRest, cette fois, c’est sûr. Non pas qu’elle ne l’assumait pas avant ; elle a toujours été très élogieuse à l’égard de ses parents, qu’elle cite régulièrement parmi ses plus grandes inspirations. Mais une forme de pudeur l’avait tenue éloignée de leurs plates-bandes soniques. Une bonne chose à l’époque, qui lui permit d’accoucher de deux superbes albums,5:55etIRM, enregistrés respectivement avec Air et Beck. Avec eux, elle inventait une pop de dandy au féminin. Quelle émotion, néanmoins, de l’entendre aujourd’hui s’approprier l’écriture gainsbourienne et le chant birkinien. Des premières mesures deRing-A-Ring O’ Rosesaux ultimes notes desOxalis, ces plantes rampantes aux feuilles en forme de cœur, tout ici n’est que déclaration d’amour à Serge et Jane, et c’est beau.
En ouverture, le quintette pop belge Girls In Hawaii viendra présenter son superbe quatrième albumNocturne, sorte de voyage, en dix rêves, au bout d’une nuit de tous les fantasmes.

mardi 17 juillet 2018

  • 21h30 > Grand théâtre
  • BIRKIN/GAINSBOURG, LE SYMPHONIQUE - Jane Birkin et l’Orchestre National de Lyon

Direction : Geoffrey Styles

Direction artistique : Philippe Lerichomme

Arrangements & piano : Nobuyuki Nakajima

Elle chante Gainsbourg sur scène depuis bientôt trente ans, et pourtant à chaque fois c’est un nouveau bouleversement. Une nouvelle lumière sur l’œuvre, l’artiste, l’homme. Son homme. Cette fois, c’est la fascination de Serge Gainsbourg pour la musique classique qui donne son fil rouge au concert. Une idée presque évidente quand on pense à tous les airs et mouvements «empruntés», comme il aimait le dire, par Gainsbourg aux Beethoven, Brahms, Chopin, Dvořák… Ce n’est, avec le recul, qu’un juste retour des choses de les voir rendus aux musiciens de concert. Mais en réalité, le projet est en partie dû au hasard: celui d’une rencontre avec le pianiste et compositeur japonais Nobuyuki Nakajima. Pour Jane Birkin, c’est une révélation. Avec l’ami et directeur artistique Philippe Lerichomme, ils réfléchissent à une liste de chansons qui pourraient être réarrangées par le maestro et jouées par un orchestre. Ainsi est néBirkin/GainsbourgLe Symphonique, il y a un peu plus de deux ans. Le concert fait depuis le bonheur des spectateurs et musiciens du monde entier.

En partenariat avecl’Auditorium de Lyon /ONL

mercredi 18 juillet 2018

  • 21h00 > Grand Théâtre
  • BELLE & SEBASTIAN, NITS

1996: la brit-pop triomphe, Oasis et Blur s’invectivent à coups de punchlines bravaches. C’est dans ce climat viril que Belle and Sebastian, frêle papillon pop de Glasgow, sort de sa chrysalide. Contraste saisissant: avec Stuart Murdoch et sa bande d’amateurs éclairés, la délicatesse est portée en étendard, les âmes sensibles ne s’abstiennent plus. Vingt ans après, le groupe a gagné en assurance, affermi son propos, jusqu’à se parer parfois de sons électro ou dance… Mais il n’a jamais renoncé à son bel esprit de troupe originel. Sur scène, les Écossais, s’échangeant rôles et instruments, continuent de faire courir le frisson du plaisir musical avec le plus simple des liants: l’amitié. Lyon n’a jamais reçu la visite de ces bienfaiteurs de l’humanité: une regrettable lacune enfin réparée.

Le dernier passage des Nits remonte, lui, à 2001. Comment a-t-on pu se priver de ces maîtres néerlandais de la poésie pop, qui depuis plus de 40 ans en explorent une dimension parallèle connue d’eux seuls? Dans la foulée deangst, dernier joyau d’une discographie riche en éclats, le trio d’Amsterdam vient compléter à merveille ce plateau de perles rares.

jeudi 19 juillet 2018

  • 21h30 > Grand théâtre
  • BENJAMIN BIOLAY REND HOMMAGE À HUBERT MOUNIER - Mobilis in Mobile de l’Affaire Louis’ Trio

Création d’après une idée originale de Gaëlle Mounier

On sait l’attachement profond qui lie Benjamin Biolay à Lyon. Lyon et sa presqu’île, sa place Bellecour gorgée de soleil, ses collines. Lyon et ses êtres chers, aussi. S’il revient pour la troisième année consécutive aux Nuits, c’est précisément pour célébrer l’un d’entre eux: Hubert Mounier, l’une des figures les plus attachantes et douées de la scène d’ici, décédé brutalement en mai 2016. Il y a deux ans, lors d’un rappel bouleversant, Biolay avait repris quatre chansons de son ami. En 2018, c’est pour Fourvière qu’il a souhaité lui réserver un hommage plus vibrant encore.

Quatrième album de L’Affaire Louis’ Trio,Mobilis in Mobile(1993) est l’un des chapitres les plus marquants de l’histoire de la pop à la française. Un peu trop vite étiquetés auteurs de tubes zazous (Tout mais pas ça,Chic planète…), Hubert Mounier et ses deux comparses s’ouvrent alors une autre dimension avec cette odyssée de 17 titres : un mariage improbable, mais parfaitement heureux, entre la pop savante anglo-saxonne et un imaginaire poétique croisantVingt mille lieues sous les merset la BD ligne claire. Vingt-cinq ans après son baptême, c’est ce somptueux vaisseau amiral, propulsé par sa chanson-titre en pur diamant, ses mélodies étincelantes et ses ballades renversantes, que Benjamin Biolay et ses amis remettent à flot.

«Bien au-delà du fait qu’Hubert Mounier fut et demeure mon mentor et mon maître, sa discographie fait de lui une immense référence pour la chanson française. Son œuvre est vaste. Que ce soit avec L’Affaire Louis’ Trio ou en solo, Hubert parvint à imposer une certaine pop à la française, exigeante, raffinée et onirique. Le 19 juillet, nous, amis et collaborateurs, allons jouer l’albumMobilis in Mobiledans son intégralité. Venez nombreux, gone ou pas. Bien à vous».

Benjamin

vendredi 20 juillet 2018

  • 21h00 > Grand théâtre
  • IBEYI, GAËL FAYE

«Le déracinement, pour l’être humain, est une frustration qui, d’une manière ou d’une autre, atrophie la clarté de l’âme »écrivait le poète chilien Pablo Neruda, lui qui avait fui, en dernier recours, la dictature de Pinochet. Les trois invités de cette soirée connaissent trop bien le sens de ces mots. Et pourtant, de leurs âmes cabossées jaillit une lumière ardente et régénératrice. Le franco-rwandais Gaël Faye, Révélation Scène aux dernières Victoires de la Musique, s’élancera le premier. Il est l’une des plus belles plumes de sa génération. Un orfèvre aussi à l’aise avec la forme du roman – son bouleversantPetit Paysa obtenu le Goncourt des lycéens en 2016 – que celle de la chanson rap, douce-amère et engagée.
Il sera suivi des évanescentes jumelles Lisa et Naomi Diaz qui, elles aussi, ont puisé dans leurs racines la sève d’une œuvre de fusion des cultures, ici cubaines, africaines et occidentales. Elles n’avaient que vingt ans quand nous les accueillions à leurs débuts en 2015: elles reviennent endurcies d’une tournée mondiale plébiscitée par Prince, Iggy Pop, Adele ou encore Beyoncé, et avec un superbe deuxième album,Ash.

samedi 21 juillet 2018

  • 20h00 > Grand théâtre
  • NUIT REGGAE CARAÏBES, HAVANA MEETS KINGSTON, KEN BOOTHE - Meta Dia

Acoustique, sensuel et soul, ou encore marié au son cubain: le reggae s’affiche aux Nuits dans toutes ses splendeurs.

Havana Meets Kingston. Tout est résumé dans le titre de cette entreprise, dont la première vocation semble être de contribuer au réchauffement accéléré de la planète musicale. Onze fines gâchettes cubaines et jamaïcaines se partagent les richesses du Buena Vista et du dancehall, de la rumba et du dub, des traditions indémodables comme des sons dernier cri de leurs deux îles. Leur butin, faramineux, a l’éclat d’un immense feu de joie.

Ken Boothe, c’est la classe jamaïcaine à l’état pur. Une voix de crooner magnétique, patinée par un demi-siècle de carrière, à damner les amateurs de soul millésimée. Une fidélité jamais démentie à un reggae ultra élégant et sensuel… Quand, dans son dernier album, on l’entend chanterSpeak Softly Lovesur le thème duParrain, on ne peut que s’incliner: le “Godfather of reggae”, c’est Ken Boothe, et personne d’autre.

Avec sesCornerstones, le Sénégalais de New York a greffé des ailes au reggae roots, en l’ouvrant aux sons de la soul, du rap, du flamenco, des musiques latines… L’entendre en solo est une occasion unique de savourer le raffinement de son melting-pot.

  • 21h30 > Grand théâtre
  • JULIEN DORÉ SOLO - Vous & Moi

Qui n’a jamais rêvé de se glisser dans la maison de son chanteur préféré et de l’observer en pleine création? C’est, en quelque sorte, la dernière proposition indécente de Julien Doré. Lui serait habillé – enfin, c’est ce qu’il nous a promis – et ses chansons mises à nues, déshabillées de tout, présentées dans leur plus simple appareil pour célébrer l’esprit de leur conception. Seulement, l’entreprise de strip-tease n’est pas aussi simple qu’elle le paraît: une fois la peinture achevée, il ne suffit pas de gratter les couches de matière pour retrouver le croquis originel. Alors Julien Doré a dû s’échapper, se couper du monde. Il est parti dans le sud de la France où, seul dans la cave à vin d’une vieille bâtisse, il s’est offert un mano a mano avec ses propres chansons. Les versions acoustiques piano-voix ou guitare-voix nées de cette expérience sont rassemblées sur l’albumVous & Moiparu en mars. Une ultime réinvention, comme pour clore définitivement l’incroyable chapitre&.

dimanche 22 juillet 2018

  • 20h30 > Grand théâtre
  • NUIT « ÉTHIOPIQUES » REVUE ALL STAR - Alsarah & The Nubatones

Comment décrire la collection des disquesÉthiopiques, créée et dirigée par le génial fureteur Francis Falceto? Comment décrire ce trésor musical, composé à ce jour de trente volumes et dont cette Nuit fête les vingt ans? Disons que c’est une sorte de roman d’aventures. La redécouverte d’un monde perdu. SansÉthiopiques, nous n’aurions jamais su que l’Éthiopie des sixties était un eldorado pour chanteurs et orchestres survoltés; et que dans le “swinging Addis”, on mêlait à plaisir rock’n’roll, soul, jazz et mélopées pentatoniques! Mais le plus beau, c’est que cette histoire, étouffée en 1974 par la dictature, a repris vie. Elle a aujourd’hui ses légendes, comme Mahmoud Ahmed, prince flamboyant de cette dynastie musicale sauvée de l’oubli, ou le fameux pianiste et chanteur soul Girma Bèyènè. Elle a aussi engendré une brillante descendance, comme l’explosive chanteuse Eténèsh Wassié. Ces trois étoiles d’Abyssinie, soutenues par l’“éthio-groove” contagieux du groupe Akalé Wubé, seront réunies à Fourvière pour un plateau exceptionnel.

Elles seront précédées par la chanteuse soudanaise Alsarah, qui depuis Brooklyn a élaboré la formule magique d’une pop est-africaine métissant musiques nubiennes et soul.

Apéritif "Éthiopiques"

Le soir du concert, à 19h30, les titulaires d’un billet pour cette nuit "Éthiopiques" sont invités à une conférence-rencontre et un apéritif gratuits à l’Odéon, en compagnie de Francis Falceto, créateur, producteur et directeur de la collection “Éthiopiques”.

mardi 24 juillet 2018

  • 20h30 > Odéon
  • NUIT DU MOYEN-ORIENT - Trio Joubran, Bachar Mar-Khalife

L’Égype avait Oum Kalthoum, le Liban a Fayrouz… et la Palestine a le Trio Joubran. Depuis leur dernière venue à Fourvière en 2013, les frères Samir, Wissam et Adnan ont encore renforcé leur union sacrée autour du oud, qui est à la fois l’expression de leur âme et l’âme de leur peuple. Pour eux, la musique n’a de sens que si elle croise leurs voix pour n’en former plus qu’une. En amont d’un album fort attendu, qui les voit collaborer avec Roger Waters, leur concert à l’Odéon s’annonce comme une leçon de virtuosité sensible, tout entière tournée vers la justesse du jeu et la noblesse du cœur.

Depuis 2010, la réputation d’excellence du chanteur et multi-instrumentiste libanais Bachar Mar-Khalifé s’est répandue comme tache d’huile, amplifiée par des prestations scéniques d’une rare intensité émotionnelle. Enregistré en quartet, son nouvel album,The Water Wheel, rend librement hommage à un musicien du monde avant l’heure: l’Égyptien Hamza El Din, qui compta parmi ses fans le Grateful Dead, Bob Dylan, Joan Baez ou Steve Reich. L’occasion pour Mar-Khalifé de pleinement fusionner son univers et les liens qu’il s’ingénie à tisser entre musiques orientales, rock et électro.

mercredi 25 juillet 2018

  • 21h30 > Grand théâtre
  • MC SOLAAR

Pionnier du rap français – et du rap tout court, comme l’atteste sa présence sur le premier album de l’Américain Guru en 1993 –, MC Solaar fut l’un de ceux qui ont donné au genre ses lettres de noblesse. Un des artisans, aussi, de l’effacement de la frontière factice qui le séparait jadis du reste de la chanson française. Dans la France du milieu des années 90, c’est un exploit que seul un maître du swing linguistique pouvait réaliser. Ce fut Claude MC, sans doute parce que son flow doit autant auBlack Trombonede Gainsbourg qu’aux prouesses de Q-Tip et Phife Dwig sur les premiers albums d’A Tribe Called Quest. Il ne cessera, tout au long de sa carrière, d’ouvrir le champ des possibles du rap, autant en termes de composition que d’orchestration. De nombreux rappeurs se sont infiltrés dans les brèches, comme Abd al-Malik ou Gaël Faye. Ils lui doivent beaucoup. Dix ans aprèsChapitre 7, Solaar reprenait l’an dernier du service avecGéopoétique, le huitième album tant attendu. Le voici enfin de retour au Grand théâtre.

jeudi 26 juillet 2018

  • 21h30 > Grand théâtre
  • JAIN - Angèle

«Ouh wee ! »Ces deux syllabes, comme soufflées d’une sarbacane, suffisent à réveiller le chant du sitar et le souvenir impérissable de la bombeMakeba, avec laquelle Jain s’était révélée au monde en 2015. Son premier album,Zanaka, dévoilait une collection de chansons toutes aussi entraînantes et ingénieuses, et prouvait qu’elle n’était pas l’artiste d’un petit tube et puis s’en va. La révélation se fit aussi sur scène, où la jeune femme se présentait seule et réussissait, à l’aide de ses machines et percussions, à recréer l’univers chatoyant de son disque. Avec son col Claudine, son habit de scène à elle, comme Barbara ou Angus Young en avaient un, elle s’est même forgé un personnage, qui n’est ni tout à fait elle, ni tout à fait une autre. Son deuxième album à paraître bientôt serait, selon ses dires, gorgé d’influences encore plus composites que celles qui ont irrigué le premier. On se souvient de l’extraDynabeat, sorti en 2017 pour nous faire patienter, qui lorgnait autant du côté des Jackson 5 que de rappeurs US tels qu’A$AP Rocky ou Joey Badass… On piaffe d’impatience de découvrir la suite.

C’est avec une reprise toute en feulements duBruxellesde Dick Annegarn qu’on a découvert Angèle Van Laeken en 2016. Depuis la jeune pianiste, nouveau fleuron d’une chanson belge mutante incarnée par Stromae ou son frère Roméo Elvis, a fait du chemin : c’est auréolée du succès deLa Loi de MurphyetJe veux tes yeux, deux titres sensibles et espiègles, qu’elle présente son groupe à Fourvière.

vendredi 27 juillet 2018

  • 21h30 > Grand théâtre
  • BERNARD LAVILLIERS - Gaël Faure

Rythmes chaloupés, chaloupes d’aventurier. La musique de Bernard Lavilliers est, depuis toujours, au carrefour des sept mers, et lui, le contraire d’un corsaire. Car ce baroudeur-là ne vole pas – et certainement pas pour le compte d’un État –, il transporte, transmet, transgresse, aussi, régulièrement. Son vingt-deuxième album studio,5 minutes au Paradis, est l’un de ses plus beaux et poignants recueils, marqué de bout en bout par les drames de notre temps. À contretemps des indignés du quotidien, le Stéphanois livre des textes écrits avec un recul et une poésie terribles, comme ces insoutenablesCroisières Méditerranéennes. Le raffinement des compositions tranche avec la violence des propos – il souligne leur férocité. L’écriture et les arrangements ont été partagés avec quelques fines gâchettes : Romain Humeau, Benjamin Biolay, Feu! Chatterton… À 71 ans, Bernard Lavilliers fait encore d’heureuses rencontres musicales. Sur scène, la chaleur l’emporte et les nouveaux titres sont mêlés aux relectures inspirées de standards tels queNoir et BlancouStand the Ghetto.

Après sa participation à la Nouvelle Star en 2006, Gaël Faure a eu la riche idée de pleinement laisser mûrir ses talents. Ce beau travail du temps s’entend tout au long deRegain, troisième album où le natif de Valence affirme son caractère finement trempé, mis au service d’une peinture des sentiments et d’une justesse de ton qui en font l’un des libres héritiers d’Alain Souchon ou d’Yves Simon.

samedi 28 juillet 2018

  • 19h30 > Grand théâtre
  • Éclat Final - NUIT QUÉBEC

LE VENT DU NORD & DE TEMPS ANTAN - SOLO

VISHTÈN

LES CHARBONNIERS DE L’ENFER

Le Québec et l’Acadie à l’Éclat final des Nuits de Fourvière

Les cinq musiciens des «Charbonniers» - des historiques de la scène québécoise, depuis 25 ans sur la route - mêlent leurs voix pour interpréter avec originalité des chansons passant de la tradition à leurs compositions mais aussi par celles de Daniel Lanois, Plume Latraverse, Dédé Fortin…Leurs 5 voix comme une évidence deviennent un instrument de musique aux harmonies lumineuses.

On les pense influencés par le rock et l’indie-folk, il faut dire que les deux sœurs et l’homme de Vishtèn délivrent une énergie impressionnante et communicative lors de chaque concert. Leur répertoire est celui de la tradition qui résonne depuis des années en Acadie, sur l’Île-du-Prince-Édouard et sur les Îles de la Madeleine mâtiné de leurs compositions qui ne peuvent laisser le spectateur indifférent et immobile. Vishtèn: Une force tellurique venue du nord Est du Canada.

Solo, c’est la fusion de deux groupes mythiques Le vent du Nord + De temps Antan

(Prix Opus 2018pour le spectacle de l’année).Sept chanteurs multi-instrumentistes de très haut niveau. La force d’une cohorte flamboyante de la jeune génération de la musique traditionnelle québécoise. La puissance à l’état brut. Dès les premières minutes le public chante et gigue…

renseignements

Un seul numéro de réservation : 04 72 32 00 00
Du lundi au samedi de 10h30 à 17h30.
Visitez http://www.nuitsdefourviere.com pour plus d’informations.

tarifs

- A venir

acces

Il est recommandé de ne pas accéder au site en voiture. Préférez les parcs relais de notre partenaire Sytral, les transports en commun,les nombreux parkings du centre-ville ou le covoiturage. Afin d’optimiser vos trajets, covoiturage-pour-sortir.fr vous offre une solution économique, écologique et conviviale pour venir aux Nuits de Fourvière.

LES LIEUX INVESTIS PAR LE FESTIVAL

LE SITE DES THÉÂTRES ROMAINS

Grand théâtre / Odéon 
Théâtres romains du parc archéologique de Fourvière
Rue de l’Antiquaille, 69005 Lyon
Télécharger le plan d’accès

Esplanade de l’Odéon
L’esplanade de l’Odéon accueille les spectacles Tania’s Paradise  sous yourte et l’intégrale Sophocle (Ajax + Œdipe + Electre) de Gwenaël Morin.
L’entrée du public se fait par le même accès que celui des théâtres romains.
Rue de l’Antiquaille, 69005 Lyon

LES AUTRES LIEUX INVESTIS PAR LE FESTIVAL

Lycée Saint Just (Cour du lycée)
Pour les spectacles Barons Perchés et Fenêtres.
21 rue des Farges, 69005 Lyon
Vente en entrée immédiate au guichet des Théâtres Romains

Collège Jean Moulin (Préau)
Pour le spectacle Monsieur Armand dit Garrincha.
1 place des Minimes, 69005 Lyon
Vente en entrée immédiate au guichet des Théâtres Romains

Théâtre de la Renaissance
Pour le spectacle Blockbuster.
7, rue d’Orsel, 69600 Oullins
Télécharger le plan d’accès

Le Radiant-Bellevue
Pour le spectacle The Encounter
1, rue Jean Moulin, 69300 Caluire
Télécharger le plan d’accès

Maison de la Danse
Pour le spectacle Letter to a man.
8, avenue Jean mermoz, 69008 Lyon
Télécharger le plan d’accès

Théâtre des Célestins
Pour le spectacle Quills.
4 rue Charles Dullin, 69002 Lyon

Patinoire Charlemagne
Pour le spectacle Vertical Influences.
100 cours Charlemagne, 69002 Lyon

Les Subsistances
Pour le spectacle Marius, Fanny et César / la Trilogie.
8 bis quai St Vincent 69001 Lyon

Domaine de Lacroix-Laval
1171, avenue de Lacroix-Laval, 69280 Marcy-l’Étoile
Parking "Potager" accessible aux véhicules
Prévoir 10 minutes à pied pour rejoindre le chapiteau

Accès en train avec SNCF : Depuis la Gare Saint-Paul (Lyon 5e), arrêt Charbonnières-les-Bains.
Horaires aller 
Horaires retour
Prévoir 15 minutes à pied pour rejoindre le chapiteau 
Possibilité de prendre le bus GE6 depuis Charbonnières-Gare jusqu’au Parc de Lacroix-Laval. Informations sur la ligne via ce lien et fiche horaires : ici

Accès en bus avec TCL :
Bus 98, arrêt Parc de Lacroix-Laval. Informations sur la ligne via ce lien et fiche horaires : ici 

Télécharger le plan d’accès

 

Festival(s) à proximité